Accueil » Gouvernance - Développement » 1er CASEM du MUHV: des réflexions sur la reforme du foncier urbain entamées

1er CASEM du MUHV: des réflexions sur la reforme du foncier urbain entamées

«Rendre les villes du Burkina Faso mieux planifiées, plus inclusives et durables en améliorant l’accès à des équipements publics de qualité et des logements décents». Tels sont les points sur lesquels le Ministère de l’Urbanisme  de l’Habitat  et de la Ville va se pencher pour son premier Conseil d’administration du secteur ministériel (CASEM) de l’année 2021.  La cérémonie d’ouverture des travaux a eu lieu ce jeudi  25 mars 2021 à Ziniaré  sous la présidence du premier responsable du département, Me Stanislas Sankara.

 «Réforme sur le foncier urbain : état des lieux, enjeux et perspectives », c’est sous ce thème que se tient à Ziniaré chef-lieu de la région du plateau central, le premier CASEM de l’année 2021 du Ministère de l’Urbanisme  de l’Habitat et de la Ville. Cette rencontre qui se tient chaque année dans les différents départements ministériels va permettre aux participants, selon le ministre Sankara, de faire le point de la période écoulée, à savoir les acquis et les insuffisances et de relever les défis qui sont «énormes» pour cette année 2021. Elle va aussi offrir l’opportunité à son département, poursuit-il, de poser les bases d’une véritable révolution dans le foncier urbain à savoir, «rendre les villes du Burkina Faso mieux planifiées, plus inclusives et durables en améliorant l’accès à des équipements publics de qualité et des logements décents».

Aussi, le CASEM se présentant  comme une instance supérieure de décision et un moment capital d’introspection et d’échanges, le ministre Sankara estime aussi que c’est  non seulement pour but de faire une évaluation exhaustive et objective des activités réalisées durant l’année 2020, mais aussi d’annoncer les priorités du département pour l’année 2021.

C’est d’ailleurs l’occasion pour lui de rappeler les différentes réalisations et actions menés au cours de l’année écoulée .Il s’agit notamment  entre autre comme bilan pour lui, la construction de 671 logements dont 386 à Ouagadougou, 40 à Bobo Dioulasso, 50 à Koudougou, 55 à Ouahigouya, 40 à Zorgho et 100 à Banfora ,l’adoption en Conseil des Ministres de Schéma Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme (SDAU) de dix (10) villes et le Schéma Directeur d’Aménagement du Grand Ouaga (SDAGO) , l’achèvement du premier lotissement de 9 localités (Zamo Gompomsom, Dargo, Kourinion, Ouala, Djigouè, Boussoukoula, Zoaga et Boussera), l’élaboration du répertoire 2020 de la maitrise d’ouvrage publique dans le bâtiment et édifice de l’Etat et de ses démembrements et l’ouverture et le rechargement de 108,18km de voies à Banfora, à Lorepeni, à Dapelogo et à Dédougou  et la réalisation des infrastructures du 11 décembre 2020 à Banfora .

Toutes ces réalisations ont pu voir le jour, dit t-il  « grâce au travail laborieux et consciencieux des travailleurs du ministère ».Même si, d’ores et déjà, « d’accélérer les travaux de réalisation des infrastructures du 11 décembre 2021 à Ziniaré ; de poursuivre les travaux de 1er lotissement de chefs-lieux de communes rurales ; de poursuivre la construction de logements sociaux et économiques , d’élaborer et de mettre en œuvre un programme de développement des villes», et bien d’autres points sont des questions  prévues par le département dirigé par  Me Sankara  pour accompagner les populations.Plusieurs communications et échanges autour du thème choisi seront au rendez-vous de cette rencontre. N’ayant aucun doute que les réflexions produiront des actions concrètes et fructueuses en vue de répondre aux attentes pressantes des populations, le ministre a souhaité plein succès aux travaux et a déclaré ouverte la première  session 2021du Conseil d’administration du secteur ministériel.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *