Accueil » Annonces » Afrique-USA: Tony Elumelu participe à des discussions de haut niveau à l’Institut des États-Unis pour la Paix et à Heritage Foundation

Afrique-USA: Tony Elumelu participe à des discussions de haut niveau à l’Institut des États-Unis pour la Paix et à Heritage Foundation

Tony Elumelu : Je n’étais pas le fils d’un milliardaire, j’ai créé de la richesse grâce à l’entrepreneuriat Le fondateur de la Fondation Tony Elumelu (TEF) et président de United Bank for Africa Plc, M. Tony Elumelu, lors d’une discussion à l’Institut américain de la paix et à la Fondation du patrimoine aux États-Unis d’Amérique, a récemment parlé de ses humbles débuts. Il a également souligné que l’extrême pauvreté et le désespoir sont une menace pour la paix et la stabilité en Afrique. Dike Onwuamaeze qui a surveillé l’événement apporte les extraits de la session de questions et réponses avec Elumelu :

Pourquoi la Fondation Tony Elumelu (TEF) concentre-t-elle autant les jeunes entrepreneurs ?

L’Afrique est un continent d’entrepreneurs et je l’encourage. Ma propre histoire le confirme. Le Tony Elumelu d’aujourd’hui est parti de nulle part. Et j’imagine que si 100 000 ou un million à travers l’Afrique auront ce genre d’opportunité dans 10 ans, ce sera un continent différent. C’est pourquoi le TEF est essentiel. Aujourd’hui, j’ai la chance d’être le président du groupe UBA qui opère dans 20 pays africains, à Paris, à Londres et qui est la seule banque africaine aux États-Unis d’Amérique et dans toute l’Amérique à disposer d’une licence de dépôt. Je n’ai pas commencé comme ça. Je n’étais pas le fils d’un milliardaire. Nous avons créé cela par pur esprit d’entreprise. Aujourd’hui, nous avons une partie de notre groupe qui est dans la production d’électricité parce que l’accès à l’électricité est important. Lorsque le président Barrack Obama a lancé l’initiative Power Africa, j’ai engagé 2 milliards de dollars pour améliorer l’accès à l’électricité sur le continent.

Aujourd’hui, nous avons une capacité de production de 2 000 mégawatts d’électricité en plus de l’alimentation électrique de la République du Bénin. Je n’ai pas commencé comme ça, mais c’était juste de l’esprit d’entreprise et de la détermination à réussir. Je vois en Afrique aujourd’hui plus de gens plus déterminés que je ne l’étais à leur époque. La différence entre ces gars-là et Tony Elumelu d’aujourd’hui est l’accès aux opportunités. Et c’est ce que je veux créer. C’est ce à quoi je mobilise notamment d’autres acteurs du secteur privé. Faisons équipe et faisons quelque chose qui aura un impact. Pensons à l’héritage et moins à ce que nous aurons dans nos comptes bancaires. Mais comme nous le faisons, nous avons besoin que notre gouvernement donne également la priorité au type de politique qui fera que cela réussisse. Et aussi les amis de l’Afrique comme les États-Unis d’Amérique, nous allons tous interroger les ressources pour voir comment nous pouvons créer plus de Tony Elumelus à travers le continent.

Ils sont prêts et la raison pour laquelle ils se lancent dans l’extrémisme aujourd’hui est qu’ils ne voient pas d’espoir. Nous devons donc montrer des exemples afin qu’ils soient également encouragés à savoir qu’il pourrait y avoir un avenir meilleur pour eux. Oui, je crois fermement que l’entrepreneuriat est l’un des moyens de développer l’Afrique d’une manière vraiment durable. En parlant d’aide, nous recevons beaucoup de soutien en Afrique, et c’est la vérité. Mais mon propre point de vue est que nous devrions réinventer la façon dont nous apportons ce soutien, car nous devons donner du point de vue de la création de l’autonomie, de l’indépendance et rendre les gens moins dépendants de l’aide des donateurs.

Si nous donnons et pour toujours, les gens ne peuvent pas exécuter leurs budgets sans aide et les gens ne peuvent pas faire les choses sans aide, alors nous devrions remettre en question ce mécanisme, cette approche parce qu’il semble que quelque chose ne fonctionne pas parce qu’il devrait s’agir d’une intervention brève pendant un certain temps. Mais dans une situation où elle devient perpétuelle, elle appelle à repenser. Et je crois que l’entrepreneuriat ne mène pas à cela. Entrepreneuriat et paresse ne vont pas ensemble. L’entrepreneuriat et ce niveau de dépendance ne vont pas ensemble. Vous ne pouvez pas continuer à soutenir quelqu’un tout le temps. Vous l’assistez et il se met à courir. Et puis, vous devriez également être en mesure d’étendre et de reproduire cela afin que, collectivement, nous travaillions tous de manière à améliorer la société.

Comment le secteur privé engagera-t-il les gouvernements sur la question de la bonne gouvernance qui est importante pour créer un environnement propice qui attire l’investissement étranger direct pour créer la richesse sociale dont vous avez parlé ?

Nous devons comprendre, et plus encore notre gouvernement doit comprendre, le rôle du secteur privé dans le développement économique. Souvent, je vois une déconnexion. Parfois, et je ne parle pas seulement d’un pays mais de la plupart des gouvernements à travers l’Afrique, vous voyez le gouvernement considérer à tort le secteur privé comme un concurrent. Non ! Nous devrions voir le secteur privé et le secteur public comme des partenaires de développement avec toutes les mains travaillant ensemble pour faire avancer l’humanité, toutes les mains travaillant ensemble pour faire progresser la prospérité économique, la croissance économique, la richesse sociale et la justice sociale dans le système. Pour que le secteur privé puisse faire cela, l’environnement favorable doit d’abord être établi et une fois qu’il est établi, le secteur privé devrait profiter de l’opportunité qui a été créée et jouer son propre rôle. Je vois le secteur privé aider à catalyser la croissance économique comme la création d’emplois. Les gouvernements n’ont pas la capacité de créer les emplois dont nous avons besoin en tant que continent.

Le rythme auquel nous grandissons et la démographie de l’Afrique et le rythme auquel les gens entrent sur les marchés du travail en Afrique sont bien, bien plus que nous ne pouvons même l’imaginer. Nous avons donc besoin d’une approche collaborative pour y parvenir. Je veux voir un secteur privé fort sur le continent parce que sa force et sa réussite contribueront à stimuler la croissance économique. Je veux que nous donnions la priorité aux grandes et petites entreprises du continent afin que lorsque nous parlons du secteur privé, il ne s’agisse pas seulement des grandes entreprises. Nous devons couper toutes les couches et nous assurer que chaque segment est inclus. Je crois en l’inclusivité au sein du gouvernement. Nous devons nous assurer que nous emmenons tout le monde. Il devrait y avoir une inclusion des genres ou des jeunes et de toutes les facettes de la société. L’absence de cela fait partie des raisons pour lesquelles nous avons des problèmes.

La paix dans le monde, et en Afrique en particulier, ne peut être abordée si nous n’abordons pas l’engagement des jeunes. Le secteur privé a un rôle à jouer, tout comme nos gouvernements dans la création d’un environnement favorable. Et plus encore, le secteur privé doit s’engager auprès des gouvernements pour leur faire savoir la vérité sur ce que je ressentais qui se passait. Ce n’est pas une critique à proprement parler. C’est en fait ce que j’ai vu et je pense que nous devons y remédier afin que nous puissions attirer davantage d’investissements sur le continent. Parce qu’il faut des investissements massifs pour aider à créer des emplois. Et lorsque nous n’avons pas certains de ces investissements à cause de ces problèmes, cela nous éloigne davantage de la réalisation de nos objectifs de création de développement, de prospérité et d’engagement des jeunes sur le continent. Donc, oui, nous avons besoin d’un secteur privé plus actif.

Quelles sont les choses que les États-Unis d’Amérique et les autres partenaires de développement feront pour aider les peuples et les gouvernements africains à améliorer leur gouvernance afin d’obtenir des rendements plus élevés ?

Je pense que pour le gouvernement américain ; ils ont besoin de voir comment les États-Unis sont perçus à travers le continent. Les États-Unis sont respectés, admirés et aimés à travers le continent. Si quoi que ce soit, les gens commencent à se demander si les États-Unis sont toujours là pour l’Afrique à cause de la mêlée en Afrique par d’autres puissances mondiales. Nous aimerions voir l’engagement du gouvernement américain réinventer d’abord ce dont l’Afrique du 21e siècle a besoin. L’aide, c’est bien, mais nous devons la mesurer jusqu’au dernier kilomètre. Nous devons nous assurer que nous donnons la priorité à ceux qui devraient l’obtenir. Une situation où vous avez des milliards de dollars qui arrivent en Afrique et pourtant nous avons toujours le niveau de chômage des jeunes devrait nous dire que quelque chose ne va pas. Le système de santé est fragile. J’aimerais voir, premièrement, un changement de politique qui aide à donner la priorité aux destinataires ultimes de tout ce qui arrive sur le continent.

Deuxièmement, j’aimerai aider à développer des infrastructures qui contribuent à la durabilité. En résumé, j’aimerais voir le gouvernement des États-Unis nous aider à nous engager d’une manière qui permettra aux décideurs politiques de voir le lien entre le secteur privé et l’objectif du secteur public pour le peuple. Je crois que certaines des approches aideront à y arriver. Mais en résumé, j’aimerais voir une refonte de la manière de s’engager avec l’Afrique, en particulier en matière d’aide. J’aime voir comment cela parvient aux personnes qui en ont vraiment besoin. Nous devons renforcer nos infrastructures et nos institutions car il y a un certain nombre d’institutions qui sont faibles pour leur permettre d’engendrer une bonne gouvernance.

Après avoir formé 16 000 jeunes entrepreneurs, êtes-vous optimiste ou pessimiste quant à l’avenir de la jeunesse africaine ?

Je suis extrêmement optimiste quant à l’avenir. Lorsque je voyage à travers l’Afrique, je vois beaucoup d’excitation et je vois aussi de première main les personnes que nous avons soutenues qui réussissent. La différence est tangible en termes de changements qu’ils apportent à leurs entreprises et à leurs communautés. Je sais pertinemment que si nous pouvons les prioriser davantage et leur donner le soutien dont ils ont besoin pour faire plus. Nous avons plus de 600 millions de personnes sur le continent qui ont moins de 30 ans et nous parlons de 16 000 bénéficiaires de la fondation. C’est comme moins qu’une goutte d’eau dans l’océan. Pour que nous ayons le genre d’impact qui augmentera notre optimisme et quant à l’avenir du continent, nous devons intensifier massivement les choses.

Et encore une fois, c’est le message que j’apporte à la table : Mettons en commun les ressources pour y faire face en réalisant que s’il y a de la pauvreté au Nigeria et en Afrique, cela affectera tout le monde partout. Il y a des jeunes Africains qui veulent arriver en Europe, même en traversant la mer Méditerranée dans des conditions très, très dures. Et ils s’en fichent. En fait, ils vous diront que nous préférerons mourir en essayant d’y arriver plutôt que de rester ici. Nous devons donc travailler ensemble pour voir comment faire en sorte que ce changement se produise. Oui, je suis optimiste. Les personnes que nous avons accompagnées progressent mais nous avons besoin d’un Plan Maréchal. Nous avons besoin de quelque chose de beaucoup plus grand que cette histoire de 16 000 pour faire quelque chose de différent. Nous devrions parler de millions sur une base annuelle à travers le continent.

Qui sont ceux qui font que cela se produise ? Les secteurs privés africains qui réussissent, les institutions mondiales de développement et les amis de l’Afrique à travers le monde et ceux qui réalisent et voient le lien que ce qui se passe dans n’importe quelle partie du monde affecte les gens partout. Donc, je vois un avenir, mais cet avenir devrait être guidé par les fondamentaux et pour moi, le fondamental clé est de donner la priorité aux jeunes et à l’entrepreneuriat. Bien que l’entrepreneuriat ne soit pas le seul moyen, mais qu’il soit toujours au cœur de nos préoccupations, car nous l’avons testé et avons vu dans nos propres histoires de vie où nous étions avant et où nous en sommes aujourd’hui, tout cela est dû à l’esprit d’entreprise et au succès que nous avons obtenus.

C’est pourquoi nous avons créé la Fondation Tony Elumelu pour aider à démocratiser la chance et créer l’accès aux opportunités économiques pour les autres, car c’est la différence pour laquelle je ne suis pas dans la rue aujourd’hui. Nous voulons nous assurer de sortir plus de gens de la rue grâce à ce genre d’initiative. Et la bonne chose est qu’ils sont intelligents. Voir certaines des jeunes entreprises qui sortent d’Afrique être valorisées publiquement et les gens qui investissent dans elles disent ce que l’avenir peut être si nous donnons plus de soutien à ces personnes. Et il y en a des millions sur le continent africain.

 

Il y a eu six coups d’État en Afrique depuis 2021, alors comment voyez-vous cela d’un point de vue commercial ?

Ce dont l’Afrique a besoin, c’est de la prospérité. Cela apportera la paix et réduira les conflits. Le manque d’opportunités économiques, l’espoir, la pauvreté, le chômage et l’inégalité entre les sexes sont des problèmes qui créent l’instabilité politique. Nous ne pouvons pas avoir de stabilité politique si nous ne nous attaquons pas à ces fondamentaux. Donc, c’est un problème et nous espérons et prions pour qu’il s’arrête là avec les pays qui l’ont vécu. Et j’espère que cela deviendra un signal d’alarme pour les autres de s’asseoir et de donner la priorité à ces jeunes et de s’attaquer à ces problèmes sociaux et aux problèmes économiques afin que la prospérité, au moins une réduction drastique de la pauvreté, contribue à réduire l’instabilité. Je prêche toujours que la pauvreté n’importe où est une menace pour tous de partout. Nous ne pouvons pas avoir de stabilité si les gens ont faim. Nous ne pouvons pas avoir de stabilité si les gens meurent de faim. Nous ne pouvons pas avoir de stabilité s’il n’y a pas d’espoir économique. Les gens peuvent endurer et dire d’accord, la façon dont les choses se passent dans trois ou cinq ans, tout ira bien. Mais là où règne le désespoir, l’anarchie règne. C’est ce que nous voyons. Les solutions sont donc la bonne gouvernance, la priorisation de nos jeunes en particulier et l’engagement avec le secteur privé pour accroître leur capacité à créer des emplois sur le continent afin que nous puissions engager ces personnes. Nous veillerons également à diriger une société inclusive qui rassemble tout le monde autour de la table. C’est la solution.

 

Comment percevez-vous le rôle du secteur privé dans la résolution des conflits et les négociations de paix ?

Le secteur privé n’est pas formé pour être impliqué dans la négociation des conflits. Cependant, nous pouvons jouer un rôle pour l’empêcher. Pour moi, plutôt que de faire face aux conséquences, que diriez-vous de vous assurer que cela ne se produise pas en premier lieu ? Et le secteur privé peut y jouer un rôle. Encore une fois, nous avons des problèmes sur le continent africain. Imagine ce qui se passera dans 10 ans en donnant le taux de notre population et sa démographie. Ça va être pire. Nous devons donc faire quelque chose de toute urgence. Nous ne pouvons pas créer un avenir d’opportunités inégales et penser à la stabilité. Non ! Cela ne peut pas arriver. Donc, pour moi, le secteur privé a un rôle à jouer. Et c’est au Centre de l’Africapitalisme, qui met l’accent sur le rôle de leadership du secteur privé dans l’Afrique du 21e siècle en catalysant la croissance économique, les opportunités et le développement. Mais pour que cela se produise, nous avons besoin que notre gouvernement crée un environnement propice. J’attends avec impatience le dialogue à venir avec les dirigeants africains.

Je prie et j’espère que c’est un vrai dialogue qui rassemble le secteur privé et les dirigeants africains et que les gens ne viennent pas faire des discours écrits. Ayons des conversations comme celle-ci afin que nous puissions nous engager et dialoguer et faire savoir aux dirigeants ce dont le secteur privé a besoin pour bien faire et leur faire comprendre que le succès du secteur privé les aide à remplir leurs manifestes afin qu’ils travaillent en harmonie au sein de ce qui est généralement acceptable afin que nous puissions faire fonctionner un gouvernement inclusif. Le secteur privé jouera un rôle en aidant à éviter les conflits plutôt qu’en s’impliquant dans leur résolution. Mais en cas de conflit, le secteur privé peut être impliqué dans la discussion des termes des résolutions sur la table. Et je suis sûr que ce que le secteur privé dira, c’est de créer des emplois, d’améliorer l’accès à l’électricité. Laissez-nous régler la question de la connectivité Internet et de la bande passante. Assurons-nous de diriger un gouvernement inclusif. Veillons à ce que la société soit inclusive et que les femmes aient une place à la table, que les jeunes aient une place à la table et que tout le monde soit impliqué, quelle que soit sa religion.

Considérez-vous le manque d’infrastructures comme un obstacle au flux d’investissements américains en Afrique ?

Dans mes remarques précédentes, j’ai dit qu’il est temps de réinventer la relation entre les États-Unis et l’Afrique du XXIe siècle, qui ne devrait pas être l’Afrique de la dépendance mais l’Afrique de la dignité et de l’autonomie. Et pour moi, le moyen d’y arriver, c’est l’entrepreneuriat. Donnons la priorité aux jeunes et soutenons-les. Parce que tant de milliards de dollars sont entrés en Afrique sous forme d’aide, le continent reste toujours perpétuellement dépendant. Si vous faites quelque chose sur une période de temps et que cela ne donne pas l’impact et le résultat souhaités, vous devez le réévaluer. Il est donc temps de réimaginer comment cet engagement aurait pu être. Nous faisons des choses depuis si longtemps qu’il est peut-être temps d’avoir un nouvel accord. Nous devons réparer les infrastructures qui posent un tel problème sur le continent que j’ai parlé de l’accès à l’électricité et à la connectivité Internet afin que l’entrepreneuriat et même le secteur privé puissent faire certaines choses. Il y a tellement de choses qui peuvent arriver sur le continent. Cependant, nous ne pouvons pas abandonner.

Si nous envisageons un accès à 100 % à l’électricité avant de commencer le voyage, il sera trop tard. Alors commençons à faire quelque chose car les entrepreneurs que vous soutenez aujourd’hui peuvent se lancer dans le projet solaire. Continuons avec les petites, petites, choses en attendant que la grande chose se produise. J’ai dit il y a quelques minutes que nous avions besoin d’un Plan Marshal pour l’Afrique pour sortir durablement l’Afrique de la pauvreté. Oui beaucoup sera fait dans le domaine des infrastructures pour permettre aux entrepreneurs de bien faire. C’est pourquoi je dis à mes amis du secteur privé que nous pouvons dire toutes ces choses mais essayons par nous-mêmes de faire la différence. Alors, n’abandonnons pas. Je suis optimiste. À mon époque, si j’avais été gêné ou défini ou caractérisé par mon passé, peut-être que je ne serais pas là où je suis aujourd’hui. Alors, continuons à encourager les gens tout en jouant notre propre rôle en nous assurant que tout n’est pas le bouche à oreille, mais en faisant quelque chose qui peut apporter le changement dont nous avions besoin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.