Accueil » L’impertinent » Après la grève, ces CRS peuvent-ils cogner de l’étudiant gréviste?

Après la grève, ces CRS peuvent-ils cogner de l’étudiant gréviste?

Des éléments de la CRS en service de maintien d'ordre
Des éléments de la CRS en service de maintien d’ordre

Les CRS de Ouagadougou ont repris leur mouvement de grève contre le service payé. En tout cas, dans les banques, il n’y avait pas d’éléments en bonnets noirs ce matin. De son côté, leur ministre, le ministre d’Etat Simon, a dit que «on veut faire la lumière et les gens s’excitent? Ils cherchent quoi?»

Eux aussi recherchent la lumière sur la nature des contrats. Donc, chacun cherche la lumière et, au lieu d’apporter la braise et la paille, les gars se chamaillent. C’est vilain, ce qui se passe entre ces éléments et leur hiérarchie, c’est pourquoi, il faut trancher cette situation pour toujours.

Il n’est écrit nulle part que les agents commis à des tâches et leur hiérarchie doivent s’asseoir ensemble pour arrêter les termes des contrats de prestations de services. Même dans les sociétés privées, ce n’est pas le cas, à plus forte raison à la police. La hiérarchie commande, la base exécute. C’est ça la discipline qui régit tous les corps militaires et paramilitaires.

Peut-être que la hiérarchie en fait trop ; elle a dû tremper la moustache dans la soupe jusqu’aux narines et la graisse s’y est collée et pue aux narines de la base, ce qui l’énerve. Puisqu’actuellement la population a plus besoin des FDS pour assurer sa sécurité, il faut supprimer le service payé et demander gentiment aux organisations ou institutions qui en ont besoin de créer leurs propres services de sécurité et laisser les policiers assumer leurs missions de service public. Ainsi, les jeunes sans-emplois pourront trouver des emplois, les militaires qui partent à la retraite alors qu’ils sont encore bons pour le service, les policiers et militaires radiés, les policiers qui sont toujours en activité et qui le souhaitent pourront démissionner et retrouver une nouvelle vie.

Les armes que les agents utilisent pour assurer la sécurité ont un prix; les véhicules qu’ils emploient ont un coût. A leur commande, on ne demande pas aux éléments d’apporter une contribution quelconque. Donc, il ne faut pas non plus réclamer plus qu’il n’en faut, puisque cet argent sert aussi à assurer le service public.

Ces éléments qui font la grève du service payé créent un précédent sans le savoir! Ils sont ceux qui sont envoyés pour le maintien d’ordre lors des grèves. Un agent qui fait la grève parce qu’il estime que ce qu’on lui donne en bonus est insuffisant peut-il interdire à un travailleur qui lutte pour de meilleurs conditions de vie de revendiquer? Peut-il utiliser la matraque contre un étudiant gréviste ou le gazer?

C’est l’autorité dont il est investi qui lui permet de cogner sur les gens sans recevoir la réplique. Sinon, ngaow! Donc, sachons raison garder. Le service payé-là, c’est le beurre pour huiler les épinards des policiers!

L’Impertinent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.