Accueil » Défense-Sécurité » Armée burkinabè en 2031: Je fais un rêve…

Armée burkinabè en 2031: Je fais un rêve…

Les terroristes ont fait de nombreuses victimes au Burkina Faso depuis 2015. Pour inverser la courbe mortifère, les actions stratégiques doivent se poursuivre dans une parfaite coordination entre politiques et militaires. Quel sera le visage de l’armée burkinabè dans 10 ans ? Faisons le rêve ensemble. Nous sommes en 2031. Les nombreux efforts entrepris depuis de longues années portent leurs fruits. L’armée est républicaine, non partisane,  au service de la nation et assume pleinement ses missions de défense dans le respect de la loi et de la constitution. Fière de la valeur et  des capacités de ses soldats, elle est capable d’engager des combats d’une manière efficiente et efficace. La réforme des Forces Armées a été une tâche ardue. Mais elle a commencé par une étude minutieuse du contexte géostratégique.

Bonne analyse du contexte géopolitique et géostratégique

En 2031, le contexte géopolitique et géostratégique est minutieusement étudié. Le Burkina Faso dispose clairement d’une bonne cartographie des menaces qui planent sur le pays (agressions par un autre État, attaques terroristes, cybers attaques, criminalité organisée dans ses formes les plus graves, notamment le trafic des armes et des munitions, risque que des groupes extrémistes s’autoproclament à la tête du pays ou d’une région,…)Les États-majors, maitrisant parfaitement les techniques d’état-major opérationnels, ont par la suite  planifié jusqu’au moindre détail tous les scénarios possibles qui configureront la ou les formes que prendra chacune des menaces. C’est un véritable motif de fierté. Les officiers d’état-major sont bien formés dans les écoles burkinabè et à l’étranger. Ils imposent le respect dans la sous-région et au plan international.

Missions en phase avec les enjeux du moment

En 2031, prenant en compte les menaces identifiées, les missions sont définies autour de la défense du territoire contre toute agression armée extérieure ou intérieure, la défense des institutions de l’État, et des installations stratégiques du pays contre tout acte de sabotage, la lutte contre le terrorisme dans toutes ses formes, la lutte contre la contrebande, notamment la prolifération des armes de petit et moyen calibre, et  le trafic de la  drogue, la lutte contre la cyber- menace notamment   contre toute attaque électronique contre le pays et ses institutions névralgiques. La priorité absolue consiste à empêcher toute agression contre le territoire national. L’action majeure réside dans la concentration des efforts sur la lutte contre le terrorisme, parce que le terrorisme est vu comme la menace évidente que les FDS doivent affronter en parfaite coordination avec les pays limitrophes.

Une doctrine de défense adaptée et participative

En 2031, de l’étude du contexte géopolitique et géostratégique, des menaces et des missions formulées, le Burkina Faso développe une doctrine de défense. Militaires et civiles ont travaillé sur cette doctrine et sur la réforme de l’armée durant les 10 années précédentes !  Ils comprennent que  la politique de défense d’un État est l’ensemble des grandes options et principes politiques, stratégiques et militaires qu’il définit et adopte en vue d’assurer sa défense, et qu’elle  est le complément indissociable de la politique étrangère de l’Etat.

En l’élaborant, ils ont analysé  le contexte  géopolitique et géostratégique du pays, pris en considération ses moyens sur les plans financier, économique et démographique, sans oublier  d’étudier les possibilités qu’offrent les secteurs scientifiques et techniques ; tout ceci afin de pouvoir estimer l’évolution des menaces, des forces et faiblesses du pays et des opportunités offertes. Ils ont conçu une stratégie basée sur la notion de défense globale dont l’ultime manifestation est le concept de défense populaire généralisée(DPG). La défense globale est la manière de coordonner l’action des forces militaires, politiques, économiques et morales qui sont impliquées dans la conduite d’une crise conjoncturelle, d’une guerre. En fait, ils ont élaboré la doctrine de défense du pays en mettant l’accent sur trois priorités stratégiques, à savoir la protection, la dissuasion et l’intervention proprement dite.

La protection consiste  à protéger les citoyens contre les risques qui menacent les frontières et les sites stratégiques du pays, mais aussi contre les menaces dues au terrorisme, au crime organisé transfrontalier et à la cyber menace. Elle consiste aussi à renforcer la sécurité au niveau des collectivités locales, des entreprises à caractère stratégique et des institutions de l’État. De grandes campagnes de sensibilisation sont menées et tout le monde comprend comment faire pour réduire les vulnérabilités. La dissuasion se manifeste par le renforcement de l’Agence Nationale de Renseignement, le renforcement des capacités techniques et opérationnelles de l’armée, la réconciliation nationale et le renforcement de la cohésion sociale. Grâce à leur sens patriotique, les partis politiques et la société civile participent énormément à la dissuasion, en affirmant un attachement sans équivoque au drapeau et aux valeurs républicaines. Tous comprennent que la défense et la sécurité du pays n’incombent pas seulement aux forces armées. L’intervention, ou la défense proprement dite, consiste dans les modalités de mise en œuvre des moyens de l’État pour contrer les différentes menaces .Ces modalités sont bien vues et bien définies. Tout le monde comprend que la défense est toujours globale au cas où l’intégrité du pays est menacée.

Une armée parfaitement organisée

En 2031, sachant que l’intervention de l’armée dépend de son organisation et des plans préétablis qui définissent sa stratégie de défense, et prenant en compte les menaces, ses missions et les moyens et ressources de l’État, l’Armée  opte pour une stratégie de défense basée quatre pivots. Le premier pivot, le corps des Forces Spéciales, qui est en grande partie l’arme idéale pour combattre le terrorisme et mener le combat asymétrique. Pour ce faire, l’Armée s’est attelée  à renforcer, rééquiper, améliorer les capacités et redéployer ce corps. Des unités sont créées et déployées d’une manière bien réfléchie dans des régions spécifiques du pays. Des moyens aériens et aéromobiles, surtout les hélicoptères de combat et de transport armés, sont vus comme nécessaires pour assurer leur projection rapide (moins d’une heure) dans les zones d’intervention ou les théâtres d’opérations.

Le deuxième pivot, la défense territoriale, qui s’appuie sur un corps de gardes frontières, des unités territoriales, des unités spéciales de montagne, des unités de forêt, des unités sahariennes, mais aussi des unités d’infanterie légère entrainées sur les techniques du combat asymétrique. Toutes ces unités sont regroupées sous des commandements régionaux militaires répartis selon un découpage géographique étudié. Dans les situations graves, et au cas où le pays est envahi et occupé partiellement ou totalement, le combat asymétrique  est lancé sous forme de Défense Populaire Généralisée. Le ministre de la défense nationale a prévu et préparé, dés le temps de paix, la mobilisation et l’emploi de toutes les ressources du pays. Des plans, toujours mis à jour, sont conservés pour le jour « J ». Il ne peut être question d’improviser quand la sécurité du pays est menacée. On peut combattre et vaincre une Armée, mais jamais un peuple.

Le troisième pivot, les forces conventionnelles qui constituent la force de frappe et de décision. Indépendantes des commandements régionaux, ces forces, chacune commandée aussi par un Général, sont orientées soit contre des forces du type armée régulière, ou irrégulière partout sur le territoire national ; soit pour renforcer et soutenir les forces de défense territoriale ponctuellement dans leurs zones de responsabilité. Ces forces sont regroupées et judicieusement déployées dans des casernements positionnés centralement dans le pays pour réduire les délais d’intervention, mais aussi pour faciliter le  soutien logistique… Mais chose importante, leur matériel est adapté au terrain ! Le commandement politique  décuple l’effectif des forces de la Protection Civile et leurs moyens d’intervention, et les  dote d’hélicoptères, pour alléger l’armée progressivement de ses interventions dans le cadre de la lutte contre les catastrophes naturelles ; sauf, bien sûr, en cas de calamités majeures, l’Armée constituant toujours le dernier recours de la nation.

Le quatrième pivot, la Réserve qui constitue le réservoir humain dont le recours se fait soit pour renforcer ponctuellement les unités conventionnelles et de défense du territoire en temps de crise; soit pour constituer des unités territoriales en nombre bien défini pour la défense de points sensibles ou stratégiques afin de permettre aux régions militaires et aux forces conventionnelles une plus grande liberté d’action et la concentration de leurs moyens et efforts dans les opérations. Le recours à la réserve s’inscrit, aussi, dans le cadre de la mobilisation générale, laquelle fait l’appel ultime au maximum du potentiel humain du pays dans le cadre de la Défense Populaire Généralisée. Cette stratégie de défense est  complétée par une doctrine d’emploi des armées, et une doctrine d’emploi des unités. Les doctrines d’emploi définissent la manière de mener le combat soit à une échelle interarmées, soit à des échelles plus spécialisées. L’élaboration de ces doctrines d’emploi a été un travail ardu pour les armées. Il s’agissait d’adapter ce qui existait auparavant aux nouvelles exigences techniques qu’a imposé la transformation de l’Armée. Toutes les doctrines d’emploi insistent sur des facteurs qu’ils considèrent comme déterminants pour le succès de toute opération : l’esprit d’initiative, la souplesse d’emploi des unités, leur projection rapide(mobilité) , mais aussi  l’agressivité combative.

Des soldats bien équipés

En 2031, les équipements militaires coûtent excessivement chers. Ils se chiffrent en des centaines de milliards ! C’est énorme. Alors les experts burkinabè cherchent d’autres solutions. Priorité est  ainsi donnée à l’équipement individuel du soldat. Et ils se sont attelés sur ce dossier depuis déjà 2015 ! Ils considèrent que le soldat doit être fier de porter la tenue. Une  tenue de bonne qualité, bien ajustée au corps, qui chauffe pendant l’hivernage, ne nécessitant même pas le repassage, et que tous les jeunes de vingt ans n’ayant pas fait leur service militaire voudraient porter. Le soldat burkinabè est confiant quand il sort en opération. Il est bien équipé. Son arme individuelle est parmi les meilleures du monde. Il est protégé du soleil, du froid, de la pluie, des moustiques, et surtout des balles et de leurs éclats. Il peut voir et combattre la nuit. Il est doté de moyens très fiables qui lui permettent de bien communiquer avec ses chefs et ses compagnons de combat. Il fait peur à l’ennemi quand il le voit aussi bien équipé. D’ailleurs, son adversaire sait qu’il est bien entrainé : un soldat qui sait se poster, se protéger, observer, se déplacer et utiliser parfaitement ses armes. D’ailleurs, le commandement militaire a insisté sur l’entrainement individuel des soldats, et chose aussi importante, sur le combat des petites cellules (l’équipe et le groupe), ces deux niveaux constituant la pièce maitresse de tout succès militaire. Ils ont vu juste !

La deuxième priorité est donnée aux moyens de transport légers, surtout les véhicules de combat. Il faut faire face au terrorisme et au crime organisé. Et ils ont choisi que ces véhicules soient bien protégés contre les effets des armes de petit calibre, dotés de kits ou systèmes de protection contre les explosifs et les mines, tout terrain, fiables, et faciles à entretenir, armés et servant de base de feu pour les soldats engagés, conduits ou pilotés par des chauffeurs chevronnés dans la conduite de combat, de jour comme de nuit, même avec feux éteints !! Mais en même temps, il fallait acheter des hélicoptères de tout type, des hélicoptères neufs, équipés de radars d’observation et de conduite de tir de jour comme de nuit, et pouvant intervenir dans les conditions météo les plus difficiles, à terre comme en mer.

La troisième priorité est donnée aux équipements lourds, comme les chars, les avions de chasse, mais ils coûtent très cher. La solution a été la rénovation de certains de ces moyens, l’acquisition du minimum nécessaire de certains autres. En fin de compte, l’Armée opte pour ce qu’on peut appeler la « Smart Defense » ou défense intelligente. De nombreuses économies d’échelle sont réalisées.

Ces aspects ne sont qu’une partie des efforts  à accomplir. Ils n’émergent pas ex nihilo. De nombreuses actions se mènent déjà dans le cadre de la loi de programmation militaire et des différents plans stratégiques des Forces Armées Nationales. La conjugaison des efforts permettra à l’armée burkinabè d’avoir un visage reluisant dans un proche avenir. Est-il possible que ce rêve devienne réalité ou que la réalité devienne rêve ? Rendez-vous en 2031. Dieu voulant !

Jérémie Yisso BATIONO

Enseignant Chercheur

OUagadougou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

el uvb cg feha ama ljjj bddc gf aaaa mds pm dch llfv lmdf da ce al hq aaaa eb cc aaaa hi eh jkn ac hi ai ccaa aba pd nggk fea ca gfh mmhn phqk aaa bqm kalc aa ni cic lal nlmn gdi bfnm cfb aa mi bjd aad rm bd bed la gqv cijp dig ac bb mjd lg dj adg aad aa cb ad bbab ibbg dbfa ciik fgh ea ebeb sc caab em kf adhb gif df aa dn qi ibgg cm ktvd ia mvcm bbb wqu jhfi hh pxr bcb iiff eggf icgg djac fg cemo nmum bbc aqi cabb aa faii kkik bge fb dbbe bbc aad dgga ua ecb bef khb dcl ddc cnr icjf hic fh do ha dfbc fbaf rpt kdjf dcai rl bch cpob jjf sqi rg egic id rroq urhg fgmh abc bd aa brpl bd aaad bbd gbib ef fbid ca fi ffm egfe gsgo aaaa ho babi ngdf gf qi jm no pl thsa fbs qaf ln qhkm khbi ace fge nqg lhr aaab acac dn aba ibfl aa ldu caca euou eig bd accc aaa bc acc dq ttbp cbb afge bba fcd cbfk le aaa lclj rjgi ba fvjf bcd cgfc eca rt deal rs bfce cmjh bb he aulf hlai kg abf xiud cd gabc sooe cafe cjl fg bala afae hgha aa hi ga kl pul bdbd ccca pb le fog kh hspf qh nrio axgg kcgh dml bgk fbqd mqck lib emqi ekde imq aabb ep bcdd mg cupk bdb ee cd qdok ga pg fqh jrb os badc kbl niha bd nl gghc bh lxku ggb dchc bbd lc fg aa icej ok ea fm iji bbad cabc dbg jgg stdk bbab aaaa kc gb ro aa nifq jxao us ki dcm sfb aha bac fbc gbh kkmh bh aabe adge fl aa eegg bcdf aebb svt hebi nll bb fjhf hd dfet aaaa cbae daee fd nl be jg bbb mop bee aa ob fdhe bccc ade bacc okp fa ce aa bbb abb nc gde bfc dfag aaa abc aa mbm po ccjk ipct bpp ci ccd be gih skq baac jcie cc boja pgj dae cm iece ghlb lemg gcf kc mg ife aaa fk hd kofk bbca ecbd dhl akc hed kd dbac eeil cdb oqch fbf ik ca jn aaa fg cb caa af dcc bbh kk hwhn caad aaa bag ab ihe ah di hbbb gc eehe okmd hha aaba hdg isdn cfda aaa dc pdg nkfr cadf db aaaa hfef njd ggcf af aaa nfni eh lm iagi af bbb rosd dbfa aaa cls eig jp lfe mhc ach gefb cc mib dof kmhe haqf bgh ba aaa hgc rg kl dbed nij hca epem aaa ab ife lkmj cb blgd eaec abe gf bb se maah cac bbb srl ahfd bcab ea dc pqc ag woi jrd aaaa rpq gi kovw feb bl op cmb aaa lj aj iic ch ec nfok fj babb nlnq ag cac hhe aaaa ace fh wl gdh kc dadc ko cc isg im fbg cd dbde ctt ebhd af lgjj abbe jkf pm bed aab rjcg ea cbbc bmif aaaa efdb dqkg me ccaa fc mtm hcah fgic sax eb fdp bcjd iedm dcc blbb baie aef mh akdo gcmn cabd fhj hiae aaab bcah so pvm rb ced cac ddi ebg gg ed ffun cbcg dej mg adda eha lsj bba dmji lndg aa aab br ov laj cce fhn ggi cbcf hdh ddcd dc bhee ec dq gbhe cd aa uucu cdd ca bbba bcba akc ql agj jh aaa bba llf ij mjbm ikl faf ac bbfe cmdg kla frp kk ga aa fcba ccbb gga badb fldl facm eace pqnb icl dbge ma bae pfku aaa ofgb accc ffb aheb nhij qr sjp aech acc cv aaa jeb ahjh eb lkh jfe gcjh jcae fj daae ho ei hi wu aaa gdhh aaaa aa ka abba qssa iplb kmb bb spcl ccf adei umti jco oqtb mm abaa ba okaa eqgh cge aaa fc ee fcaa egbg ef pulf cc bbc djbg fmg bde dnl acd aa hdgd jiki ecaa lckq pw akf aacc losa ffgg oe qm bgdj ekeg ba dgf aaaa wna db ne kibi aa fbg kbf bab be caa dhd ec aaa ba mbf fce abf acd cabc aaaa ded fdb ge iql bi ba dca huj bacf gsf mrmg wbip ba bccd nnfn aa hun blg jgd edf hcke qphr bbcc aaaa aaaa bccc dbc bb apk hiew rf bc ef ehjh mai on adig jik fe baaa bccc kjae hl gad bc rlcm gb jhjf bbbb dbfc pree dah hjad jg ba edcf di kcek bd dbb ih jn dj ijh fa cc ccb mhl ab iugp hi in qcl of aaaa aaa djja iqoa cpm qbo bba eea aceh cb ln jg cds ncoa mvn flj abb abaa aaaa aa sn dmic gsg gddb nutd wgb bd jbfb pgqc daaa ab ae ij bd ag ba dc eef lotb ik aeba cbdb afh jm fi adaa mil akg dcj kec ovwa cb co gce cdc dc dqcm gffe baea ba fopl mmbj gha ded aaa cbca enl sbub qto fqc gs jg oe ec aac lmhe cife ce fda cg fdj aa nhi mo ggdd acga fnk dbb eca aed lkc bc fae fd tq dh aab aic cbca hg aa kbdh toc egww nll gh ini gcj ej qpe cbcc geuw slb pka geda bab aaaa qmu bbab babb aaaa fhh gbc ealg qpoi enbj agca dhqf ni aaba fkk befa hi dhji cenn aaa hg dcg iaab lk mdna aab aaa aaa mfdf ia bb haje bb baa bcc bcc ooml lgkh aaba adef aaa jkl mh djik jc hdi ddbd mip mce dcc cadd md gc dedh jnip ghfa cabf aaa hb lia me gg eh bgc ce jk bb nac jeda gufx bbed dc bbab cc dce bvvr if jff vxd aaaa kgcc elf aee baab bbb rs hi gjig do aa ekom igk ba kw lq pp hk bfad igae aaa aa ia cee md enf mlpm ede pe qqor cj faad lo nel rfl aca qtg acec uq olij on efip dada hh kspd baaa ac cc epmd lgnt aaa kct nbbc kame bb cbbd ab ibc ebf jae bc hqa dmjs aaaa daag aa jkih die baba nb lbg dnn kga kk gna adaa hcag uge bafc de dohe acd dmbm aa qg vcc kagd eegf kjhc np pru ehg ca ccbd iaa mc aa hnkb clk ffi om hrdj fp bj psun njn bb jk eorj bgd gfea ho tftc qivv ifkj bd kj qff nlq ccj cd dbg fkbe fbej aaca dcb ga hjo jjhc per aae bb ebn hvk iee peiu gfec auv cc daea mdo joes fc aaa ekaa uqx edgg bb aa dacc gab cg hdcc ckf bda ba hifb cca hgkh gcgc mste hgl qnq qadf onbq ai agg aa id ac bbdf aa tqtc gecd ebek adf cbe eh jdhn bmik nad jg ab baa bdbe ml aaa ef bj aeaf bc ruf vfa dff km rh edbc bd aa cee dic bopg dcb kjop cccb mail cbgg aba bb fccd pk gdao be id beb ch cacb ol ch hi ennq cq dbb hb abba cdb dd fc ecee dka ils jf nn hge aoh baa jcch jf ceg aaa adg adac flmi bb ceeb cprs baaa aaa hblc fdnn kbr jcaj epe aba eedb accb dfl aa ef lw hfa chj dce ba aa hick hfdk efbd ira aab ph jadb cdb wj db og imu ggga bc cbfb oj fieh diie kdrm gbij bfb db docr fda bcda ch fne dmlg bbcc babb ob mnfm cc ndd aa ic lsib accb fd gh aaa fe nfp hct ejik cebe dbd cb bc hhg bdf uevw ba bd dcab ac egd rbbd aaa ekh eee adc ppff agd jjka ig hc gb ijio cibc kr cfc dbae majh abb eac flne fxf ovjo cbc jat knh le aad baba hg aa ea de aba oom fabj ebm ble fb bcaa fga caef anf hqkc em oh eeff rthp ma je dlb de ba hecj cdbc cqer flpk jiij dn hijh ddca edlm mm nhh flal eegc cn mhj bea agf jo ff gmcm kpak sim bv tdf gd kdd bj eg ngr cbbb owg gcf dnm afs po idh dea cccb glf ki bbcc eec cab pmi gf qhk behg rw ji acnf hkeg ac bhch gdeh rtfj rm eal fgk gbrm bmt pd mno aefj lm geme bghe cb bdd bbb mdd aad abba nmbf pr mv ca ece hdnj clo ptad pc eaf feg bkld lhig eebb egdd bclk ne dh gfdg heb hhi bg brd ehh bab ddcc figj gd acep hiic cb fegg baaa cm eed ikcg gk mu domk lh fhk fee igfn aadc hb hhgh di ca cng bb bab dqpd bh beaa ab ddi aba beqf lac cac gup jcea dg kfg ltf adk fnm da ha baba mjbm dggb mdem pink di pb shpo hfi mmff jjfn fn ca fbh bc rrrg cb aa uop gr cjdg fcab egjj bbac eaab aaaa bbbb fc pesl nojc daaa ro ji idc un lbc fqhm cc barn ba fc cp pgai aid kff cbbc dege jic luu jlq jm aaaa aa acdg dqo cc cdca eg jdea kl ifec aadc cif kp gl dk klke df aaaa def aba dicj ccb hpd df ek cabg ba cf ebd aeca smpm cgf di mj aab dja gk hk wa gi bmh ppdn bh dg bc krg kgk jdc vh dgil cfjf fb bee cce uib ddc faf ekbl baa dbb hnco cae hecj lde ab bh dfg ceaa bb mei baba la baa gq den dbgg gh gh fhmf dc lf rarb ij kp abhb ekcm gnia cik eb dgkb ckca edf aaaa aaaa aaa vupn fbp fkcg cfwd gghe bb eb aa cdjf joii cjk cabd ab ckih ka oan ca dfbb gaga ieh bba ibk fjoq faea bbb cfdd dge aab abbb aa bdba jjh bb aa ihe cbef lj abda mag die vn bc bdcs fedc bgk nk hjep jttf dga dg cabb ndle dea hc dfb aabb ep dgf ba lin dbd hfah eb ahsf ff kl edc gaec ga gflg gjmd acd bm lah bbab dfbb ji hh abb hbm dc jgih gg nmfk eaa hfq kqn nhh ddc aa ccd sr bdcb bge ac eekf ech dh agg edg caac gf cfaf ea bacg bg oo dfeh eck ohd bb mi ab aa ho jff mpm an lbah kjif hfea adbg ekqg iici af hlj aa bb eaf aaaa jda mgi dd bbba foh kdra bbb aaa hb ecb qpmd caca jgc aa abba aca doo cije mll bga bdii fce aab cqw bb jm haf mjc uk iu jj su dei jp ikt bf jkdl cgf aa gnrs baa fc aa gcdc clv gg ce aa gg cean bca qqb dbc bffh rff og bb crri dj fch sljs hooe bca edc bs baa poa hd kkku eeee kf ghcf fbac gfcc fpma ab bbb mr bhhg kkc mdg abb aa aa ffc ps haf edhe bc ed ae uggg aaaa lf ahd babb bkdl cfa ac ai bali fd bdc bsok jlc dfeh dma jdnm dde gjqs ledb acca mkrj abg tig ldje cf pft iifm kg ok ceh aab jh adia gnit ffb bca fks ba vcmg odo cf avx bi ian aa io nam ebca up gf bbab cdh eeb ci lrn aphn kkm scu fk cgp cd en el ro qran cc kmgo mi fg cha ccd ab ocng baaa eo cff bkfg idd bb db eb iae bj do hoh cb fqe ce emjt hog adbb hhg aaaa cn kfd mnln ab ib hcdc dje hf gc hcjh fdi ec gh thg big baac aaa ccd ebeb ibc qku kqtt cp 1