Accueil » Défense-Sécurité » Art de la guerre : à la lumière de 10 commandements de Sun Tzu  

Art de la guerre : à la lumière de 10 commandements de Sun Tzu  

Dans notre dernière tribune intitulée « Contre-terrorisme : Le salut réside dans le sursaut patriotique et l’union sacrée », nous nous sommes appesantis sur deux principes de l’Art de la guerre de Sun Tzu. Principe 3. Attaquer les plans de l’adversaire, sinon ses alliances et en dernier lieu engager le combat physique. Le stratège ultime connaît son adversaire et se connaît lui-même. Principe 4. Le temps est l’ami de l’un et l’ennemi de l’autre. Si le temps est avec nous, la patience, l’art de l’enlisement devient une tactique redoutable, qui épuise l’adversaire. En revanche si le temps est contre nous, il faut réunir les conditions pour vaincre rapidement. Le drame d’Inata a mis à nue certains « dysfonctionnements » de nature stratégique et opérationnelle au niveau des FDS. Fort heureusement, le Chef de l’État est en train de prendre des décisions courageuses pour rectifier le tir. Le cocotier doit effectivement être secoué vigoureusement pour parvenir à une armée en phase avec les défis de l’heure. Sun Tzu donne quelques pistes d’action.

De la doctrine et des institutions

On ne mobilise pas une communauté sans de solides convictions assorties d’objectifs clairs et rassembleurs et des institutions compétentes, justes et préparées car, une conquête victorieuse ne peut avoir pour ressort principal qu’une doctrine politique déterminée, raisonnée et maîtrisée. Ici, le terme ‘doctrine’ peut aussi être interprété par ‘idéologie’ ou ‘force morale’. La force d’une nation se reflète au travers de valeurs communes essentielles telle une colonne vertébrale vertueuse -, partagées par un peuple et ses institutions. Ces valeurs fondamentales sont : « la responsabilité avant la liberté, le devoir avant les droits, la communauté avant l’individu, l’harmonie avant le conflit. »La doctrine politique fait naître l’unité de pensée. L’harmonie est la cohésion des valeurs partagées entre la population et ses dirigeants. Elle inspire la confiance à partager un même destin dans la vie comme dans la mort. Le défi pour le Burkina c’est d’arriver par des actes concrets à stimuler le patriotisme à fédérer la nation autour de croyances et valeurs fortes.

Du commandement et de l’organisation interne

Le commandement est l’extension naturelle du domaine doctrinal dans sa pratique. Elle fait référence aux vertus de sagesse, probité, humanité, courage et rigueur ou sévérité.  Selon Sun Tzu, une armée peut connaître six infortunes : la fuite, l’insubordination, l’enlisement, l’effondrement, la confusion et la déroute. Mais aucun de ces désastres ne peut être attribué à des causes naturelles ; sinon aux seules erreurs de commandement. Pour le stratège chinois, « Lorsque le général est moralement faible et son autorité manque de rigueur, que ses ordres ne sont pas éclairés ou suffisamment précis, ni appuyés par des règles de commandement fermes, l’armée est désorientée et confuse. »

De la méthode : tactique et stratégie

Face à une crise ou la survenance d’un risque, la ‘grande stratégie’ ploie comme un roseau devant l’urgence d’un impact imminent. Alors une organisation doit faire montre de flexibilité et réadapter ses compétences opérationnelles aux priorités d’urgence. Les compétences managériales doivent évoluer avec les situations. Foi de Sun Tzu : « Il y a déroute quand le général oppose des troupes faibles face à des fortes, des effectifs insuffisants face à des forces importantes ou omet de positionner ses troupes de choc à l’avant-garde. L’usage judicieux des forces conventionnelles et non-conventionnelles dans leurs emplois combinés d’actions tactiques régulières et subversives, permet aux combattants d’une armée de mieux absorber les chocs adverses et de soutenir sans défaite les attaques ennemies. La connaissance du vide et du plein leur confère, au point d’impact, la force maîtrisée d’une meule écrasant des œufs. Le stratège maîtrise ces forces et sait user de moyens réguliers et conventionnels au moment de l’engagement et recourir aux forces non-conventionnelles et aux moyens extraordinaires pour remporter la victoire.

Du moral et du mental des troupes

Il est impératif de savoir motiver ses troupes en gagnant leurs cœurs et en les enflammant d’une ardeur combative. La position de Sun Tzu est sans équivoque. Un pays dont l’armée est désemparée et traverse une crise de confiance sera victime de tentatives de subversion de la part de ses rivaux. C’est là le sens du proverbe :« la confusion et le désordre dans une armée offrent la victoire à l’adversaire. »
Quand, sans avantage stratégique particulier, on combat à un contre dix, il y aura fuite. Lorsque les troupes sont fortes et les officiers faibles, il y aura désobéissance et insubordination. Lorsque les officiers sont courageux et les troupes inefficaces, l’armée connaît la détresse. Sun Tzu propose une gouvernance à la fois ferme et souple ;une forme de combinaison raisonnée de bienveillance et de discipline.

De la discipline : instruction et exécution

Laissons Sun Tzu s’exprimer : « lorsque les officiers supérieurs sont furieux et insubordonnés et que, face à l’ennemi ils se précipitent aveuglément sans attendre les ordres dans la bataille, sans réfléchir aux conséquences, l’armée s’effondre ». « S’assurer d’une discipline sans faille ; d’instructions claires et justifiées ; d’ordres efficaces et parfaitement exécutées, afin d’éviter désobéissances et indiscipline car, on instruit les hommes par les institutions civiles, on les unit par la discipline militaire. » « Si vous ne maintenez pas une exacte discipline dans votre armée, si vous ne punissez pas exactement jusqu’à la moindre faute, vous ne serez bientôt plus respecté. Votre autorité même en souffrira, et les châtiments que vous pourriez employer par la suite, bien loin d’arrêter les fautes, ne serviront qu’à augmenter le nombre des coupables. Or si vous n’êtes ni craint ni respecté, si vous n’avez qu’une autorité faible, et dont vous ne sauriez-vous servir sans danger, comment pourrez-vous être avec honneur à la tête d’une armée ? Comment pourrez-vous vous opposer aux ennemis de l’État ? »

De l’entraînement : conditionnement aux bons réflexes

La coordination des corps (signaux, communication), l’entraînement et la logistique (approvisionnements) sont ces ‘détails’ qui jusqu’aux plus petits rouages d’une organisation font souvent toute la différence. « On évalue l’armée la plus puissante par la compétence de ses chefs, les hommes les mieux entraînés et les plus aguerris. ». Pour Sun Tzu, la qualité d’une organisation procède au premier chef des qualités humaines de ses commandants dans la chasse constante à toutes nuisances qualitatives face aux différents types de risques : oubli, déni, indifférence, incompétence, ignorance et négligence. Prévoyance, sécurité et sûreté ne sont pas des coûts intermittents, mais des investissements vitaux pour une collectivité.

Des récompenses et des châtiments

L’armée qui possède le système de récompenses le plus efficace sait aussi sanctionner avec le plus de discernement. « L’excès de récompenses et de punitions montre que le commandement est au bout de ses ressources, et dans une grande détresse ; si l’armée va même jusqu’à se saborder et briser ses marmites, c’est la preuve qu’elle est aux abois et qu’elle se battra jusqu’à la mort. Pour les grands généraux, les usages protocolaires et les codes n’ont guère de place quand il s’agit de dispenser les récompenses à la hauteur des ordres exceptionnels demandés aux hommes au-delà de la discipline ordinaire. La reconnaissance des valeurs est souvent le chaînon manquant de nombre de dirigeants. »

Du renseignement

On ne se prépare pas sans renseignements préalables…

« Un Général stratège doit connaître parfaitement le terrain et sa topographie avant d’y conduire son armée ; afin d’en tirer parti au mieux il recourt aux services de guides locaux et d’éclaireurs. Qui néglige un seul de ces points, n’est pas digne de conduire une armée. C’est en cela qu’on reconnaîtra en vous la puissance dans votre art de créer et d’exploiter chaque configuration tactique en employant les justes forces en qualité et en quantité. Commencez par vous mettre au fait de tout ce qui concerne les ennemis ; sachez exactement tous les rapports qu’ils peuvent avoir, leurs liaisons et leurs intérêts réciproques ». « Connais ton ennemi et connais-toi toi-même ; eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux »

De l’anticipation : préparer

« Une armée victorieuse remporte l’avantage avant même d’avoir cherché la bataille ; une armée est vouée à la défaite si elle cherche la bataille avant de vaincre. » « Celui qui excelle à résoudre les difficultés le fait avant qu’elles ne surviennent. »

Des vertus et des qualités d’un commandement

Toutes les vertus n’ont qu’un seul but : créer les conditions favorables d’une confiance absolue entre commandants et commandés afin de guider une armée telle un seul homme. Le général incarne ainsi à la fois les fonctions de guide suprême et maître d’oeuvre des conditions de la victoire. Sa première vertu est probablement celle de l’humilité en ne sous-estimant jamais son adversaire. En matière martiale, le grand nombre seul ne confère pas l’avantage ; n’avancez jamais en comptant sur la seule puissance militaire. Une armée composée des mêmes hommes peut être très méprisable commandée par tel général, tandis qu’elle sera invincible commandée par tel autre. C’est pourquoi un habile commandant recherche la victoire en tenant compte de la situation et ne l’exige pas de ses subordonnés. Il sait ainsi en fonction des dispositions, choisir ses meilleurs hommes afin de tirer parti de la situation. « L’invincibilité se trouve dans la défense, la possibilité de victoire dans l’attaque. Celui qui se défend montre que sa force est inadéquate, celui qui attaque qu’elle est abondante. »

Avec la stratégie de lutte anti-terroriste et les récentes nominations que le chef de l’État a effectuées,  la donne est appelée à changer au niveau des FDS. De fond en comble.

Jérémie Yisso BATIONO

Enseignant chercheur

Ouagadougou

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.