Accueil » Ca se passe à l'assemblée » Assemblée nationale : Ouverture de la première session ordinaire de l’année 2021

Assemblée nationale : Ouverture de la première session ordinaire de l’année 2021

La Constitution du Burkina Faso en son article 87 stipule que « l’Assemblée nationale se réunit de plein droit chaque année, en deux sessions ordinaires. La première s’ouvre le premier mercredi du mois de mars et la seconde le dernier mercredi du mois de septembre ». Ce mercredi 3 mars 2021, conformément à cette disposition de la Loi fondamentale de notre pays, l’Assemblée nationale burkinabè, sous la conduite de son président Alassane Bala Sakandé, a procédé à l’ouverture de la première session ordinaire de l’année 2021 appelée également session des lois.

Elle introduit également à la fois la première rentrée parlementaire de l’année 2021 et la toute première rentrée parlementaire de la 8e législature de la 4e République.

Cette cérémonie solennelle a été rehaussée par la présence de deux invités d’honneur, en l’occurrence le président de l’Assemblée nationale du Bénin, Gbèhounou Louis Vlavonou, et celui du Conseil national de transition du Mali, le colonel Malick Diaw. Elle a également connu la présence remarquée du Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré et de plusieurs membres de son  Gouvernement.

« Le parlementarisme de proximité », tel est le leitmotiv de cette 8e législature dont le député est appelé à « se déterminer  que par rapport à sa vision de l’intérêt général ». Elle compte aussi donner une nouvelle impulsion à la diplomatie parlementaire versus parlementarisme de développement, dans un contexte marqué par la pandémie du Covid-19 et la lutte contre le terrorisme, en renforçant la crédibilité de notre pays au sein des Parlements communautaires et sur la scène internationale pour le rayonnement du Burkina Faso. 

D’ores et déjà, cette session promet d’être surchargée, en ce sens que plusieurs projets de lois sont inscrits à son ordre du jour. Il s’agit entre autres, du projet de loi portant protection des personnes à l’égard du traitement des données à caractère personnel, le projet de loi portant loi d’orientation du tourisme au Burkina Faso, le projet de loi portant régime de sécurité sociale applicable aux travailleurs salariés et assimilés.

Pour son baptême du feu, la 8e Législature va se pencher aussi sur le projet de loi portant modification de la loi n°001-206/AN du 24 mars 2016, portant création d’’une Commission nationale des droits humains et sur le projet de loi portant modification de la loi n°022-204/AN du 27 mai 2014 portant prévention et répression de la torture et des pratiques assimilées.

A cet agenda, il faut ajouter  les questions d’organisation et de planification domestiques, notamment l’élaboration par une approche inclusive et participative d’un nouveau plan stratégique 2022-2024  et la recherche de nouveaux partenaires techniques et financiers.

La cérémonie solennelle a également vu la validation du mandat de deux députés, à savoir l’honorable Hien/Somda Anne Marie Christine, en remplacement de Nicolas Méda, démissionnaire élu député sur la liste électorale du MPP dans la province du Ioba, région du Sud-ouest et l’honorable Ouédraogo/Gansonré Eugénie, en remplacement de Urbain Yaméogo, démissionnaire élu député sur la liste électorale du MPP dans la province du Boulkiemdé, région du Centre-ouest, conformément aux dispositions de l’article 160 du Code électorale.

A cette cérémonie, un hommage a été rendu à la députée Claudine Ouédraogo, décédée le lundi 1er mars dernier, de suite de courte maladie.

DCRP/Primature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *