Accueil » Ca se passe à l'assemblée » Audience au CNT: l’UE rassure de la tenue des élections à bonne date

Audience au CNT: l’UE rassure de la tenue des élections à bonne date

Le président du Conseil national de la Transition (CNT), Moumina Chériff Sy, a reçu, le mercredi 27 mai 2015, au siège de l’institution à Ouagadougou, une délégation de l’Union européenne. Cette rencontre se situe dans le cadre d’une mission destinée à préparer une observation électorale pendant le scrutin électoral d’octobre prochain.

Alain Holleville reçu par Chériff Sy au CNT
Alain Holleville reçu par Chériff Sy au CNT

«L’idée était, à travers l’échange avec le président, d’abord d’exposer en quoi consiste ce processus qui va conduire à une observation électorale et puis, de comprendre quelle est la situation institutionnelle actuelle, où on en est de l’état de préparation, les questions qui se posent au plan politique, juridique, institutionnel, social. Donc, c’est un passage en revue des conditions générales pour permettre à nos collègues qui arrivent, de rentrer dans le sujet et d’avoir une première lecture par un acteur politique majeur de la Transition», a expliqué le Chef de la délégation de l’Union européenne, Alain Holleville. Pour ce qui est de la situation difficile que vit la Transition, «le président de la Transition vient de dire, une transition par nature c’est fragile, c’est incertain et ce sera ainsi jusqu’au bout. C’est normal (…) mais ce qui est important, c’est la détermination des autorités à aller à l’essentiel, c’est-à-dire préparer le processus électoral qui permet de donner à la Transition son terme dans les délais qui ont été convenus et de traiter un certain nombre de questions qui correspondent aux attentes des populations mais tout ça dans un délai court», a souligné le diplomate européen.

Alain Holleville rassure de la tenue à bonne date des élections
Alain Holleville rassure de la tenue à bonne date des élections

L’ambassadeur estime que cette rencontre constitue un bon départ pour la mission. «On a eu des réponses et la mission aura d’autres réponses, d’autres interlocuteurs qui vont former un tout. L’idée, c’est d’avoir une vue globale de façon à ce que les autorités européennes puissent prendre la décision ultime de venir mettre en place une mission d’observation électorale qui n’aura pour rôle que d’aider le processus. Ce n’est pas une suspicion à l’égard du processus, c’est l’accompagner en tant que partenaire de façon à aider ce processus à mener à bien la tâche qui est la sienne à savoir tenir des élections apaisées, crédibles et de façon à permettre au pays de passer à l’étape ultérieure». Il a ensuite précisé que cette mission c’est une pré-mission du fait que l’observation électorale ne va pas commencer dans les jours qui viennent. «C’est une mission qui est destinée à comprendre la situation, voir quelles sont les conditions générales et elle devra faire un rapport aux autorités à Bruxelles pour que soit prise, formellement, la décision de mettre en place une observation électorale qui viendra plusieurs semaines avant le scrutin. Là, on est encore relativement en amont mais évidemment la mission commence, elle a besoin de se faire une idée globale», a-t-il ajouté.

Les deux hommes ont surtout échangé sur le processus électoral en cours au Burkina
Les deux hommes ont surtout échangé sur le processus électoral en cours au Burkina

A la question de savoir si l’éventualité d’un report des élections faute de moyens a été à l’ordre du jour, le porte-parole de la délégation, Alain Holleville, a été, on ne peut, plus clair. «Je crois que toutes les autorités sont d’accord pour dire que le calendrier qui a été annoncé doit être respecté. La question des moyens, c’est une des nombreuses questions. Il y a des moyens que fournissent les autorités, il y a des moyens que fournissent des partenaires et à partir du moment où l’objectif politique réaffirmé par les autorités de la Transition c’est que les élections doivent avoir lieu à la date qui a été annoncée, donc le 11 octobre, tous les moyens seront mis en place pour que ce soit le cas», a-t-il rassuré.
Omar Compaoré

Un commentaire

  1. Peter de Bangkok

    Bien dit!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.