Accueil » Gouvernance - Développement » Burkina Faso : le gouvernement a trouvé un terrain d’entente avec les syndicats de l’éducation

Burkina Faso : le gouvernement a trouvé un terrain d’entente avec les syndicats de l’éducation

 

La conférence de presse du gouvernement pour ce qui est de cette  semaine a eu lieu ce 23 mai 2019 dans la salle de conférence des archives nationales à Ouagadougou. Il a été question pour les trois ministres venu représenter le gouvernement de parler de l’actualité nationale mais aussi de faire le point du dénouement des grèves qui font légion actuellement. Aussi Le ministre Rémis Fulgence Dandjinou de la communication et des relations avec le parlement porte-parole du gouvernement, le ministre Stanislas Ouaro de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales et le ministre Léonie Claudine Lougué/ Sorgho ont tour à tour livré des communications y relative.

Le présidium lors du point de presse

Si la hache de guerre est pour le moment enterrée entre Mr Ouaro et le syndicat de l’éducation, il n’en est rien pour ce qui concerne Mme Lougué avec les syndicats de la santé.En effet on pourrait dire que le ministre Ouaro a trouvé la parade pour calmer les ardeurs du syndicat de l’éducation qui avait pris en otage la tenue des examens scolaire 2018-2019. Mais M. Ouaro a tenu à rassurer que les examens de cette année se tiendront à bonne date. La cause est simple, le dialogue biparti entre le gouvernement et le syndicat de l’éducation a abouti à des résultats probants. Selon le ministre de l’Education nationale, le gouvernement s’est effectivement attelé à l’exécution des travaux de rédaction du statut valorisant des enseignants, au traitement des indemnités de logement et des indemnités spécifiques pour 2018 et des bonifications d’échelon accordées à titre exceptionnel aux personnels occupant les emplois spécifiques du ministère de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales avant le 31 mai 2019 . C’est en effet ce qui a justifier l’apaisement entre les deux partis qui du reste n’avaient jamais rompu le dialogue.

Le ministre Léonie Claudine Lougué/ Sorgho

En outre, en ce qui concerne la santé, les syndicats des agents de la santé sont toujours en grève. Le Syndicat des Travailleurs de la santé Humaine et Animale (SYNTSHA) ont entamé une grève qui est prévu ce tenir du 21 au 25 mai 2019. Quatre autres syndicats de la santé solidaire du SYNTSHAT ont emboité le pas avec un mot d’ordre de grève allant du 22 au 25 mai 2019. Mme le ministre n’a pas manqué de le faire savoir « il n’y ait pas eu d’accord entre le gouvernement et les syndicats ». « Tout tourne autour de l’application d’un protocole d’accord » a-t-elle fait savoir. Le goulot d’étranglement étant l’opérationnalisation du protocole d’accord de la fonction public hospitalière  qui selon elle devrait permettre de résoudre les problèmes pécuniaires mais aussi contribuer à améliorer les conditions de travail. Elle a tenu à souligner le fait que les textes relatif à la fonction public hospitalière ont été déjà été élaborés avec les partenaires sociaux. Cependant, des goulots d’étranglement subsistent quant à l’applicabilité du protocole d’accord. C’est justement ce qui a valu la rupture du dialogue avec certains syndicats qui ont claqué la porte. Mais, nous trouverons un terrain d’entente a-t-elle rassuré.

Mais l’inquiétude du moment reste les pertes en vies humaines qui peuvent découler de ce bras de fer gouvernement syndicat.  Des mesures ont justement été prises pour assurer un service minimum confirme Mme Lougué/ Sorgho. Les malades en cas de besoin seront ’affectés  dans des hôpitaux privés et dans des hôpitaux conventionnés en attendant que le problème soit résolu a-t-elle conclu.

H.Ouédraogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *