Accueil » Gouvernance - Développement » Campagne cotonnière 2020/2021: l’AICB fixe les prix planchers du coton graine et affiche ses objectifs de production

Campagne cotonnière 2020/2021: l’AICB fixe les prix planchers du coton graine et affiche ses objectifs de production

L’Association interprofessionnelle du coton du Burkina (AICB) a tenu sa traditionnelle conférence de presse annuelle, le samedi 30 mai 2020 à son siège à Ouagadougou. Au cours de cette rencontre avec les hommes de médias, il s’est agi pour le président de l’AICB, Bihoun Bambou, et les siens, de dresser le bilan de la campagne précédente, donner les orientations pour la nouvelle campagne qui démarre et aussi de fixé les prix planchers pour l’achat du coton graine.

Le présidium lors de la conférence de presse

Malgré la mise en œuvre des recommandations issues de l’atelier national de relance durable de la production cotonnière tenu du 11 au 13 mars 2019 à Ouagadougou, la production nationale, y compris le coton biologique équitable, s’établit définitivement à 460 114 tonnes de coton graine pour la campagne 2019/2020. C’est le bilan dressé par l’Association au cours d’un point de presse tenu ce 30 mai 2020 à son siège de Ouaga 2000. Des résultats livrés par le secrétaire général de l’association, Louis Yanzon Yé.

Cette contreperformance est due, a-t-il expliqué, aux conditions difficiles du démarrage de la campagne aux mois de mai et de juin 2019, ce qui a occasionné une baisse des superficies emblavées. Il y a ajouté d’autres éléments dont la crise sécuritaire dans l’Est du pays; ainsi, la Société cotonnière du Gourma (SOCOMA), qui gère la zone, a vu de grandes superficies être abandonnées.

Autrement, les rendements ont connu une hausse moyenne de 793 kg/ha contre 673 kg/ha la campagne devancière et la production aurait même pu dépasser l’objectif initial.

De la préparation de la campagne 2020/2021

Pour cette campagne cotonnière, compte tenu des perspectives des cours du coton sur le marché mondial et des dispositions du règlement technique du Fonds de lissage et de la subvention de l’État de 10 FCFA /kg, le prix d’achat plancher du coton graine a été fixé à 240 FCFA/kg pour le coton premier choix contre 265F pour la campagne précédente et le deuxième choix à 215 FCFA/kg contre 240F. Dans la sous-région et au vu des annonces déjà faites, ce pourrait être la meilleure annonce. L’Assemblée générale de l’AICB a aussi fixé les prix de cession des intrants essentiels, à savoir les semences de coton conventionnel.

Le président de l’AICB, Bihoun Bambou

Ainsi, le sac de 30 kg est cédé à 753 FCFA au comptant et 806 FCFA à crédit, le sac de 40 kg à 1 009 FCFA au comptant et 1 080 FCFA à crédit, le sac de 45 kg à 1 130 FCFA au comptant et 1 209 FCFA à crédit et le délinté de 15 kg à 3 044 FCFA au comptant et 3 257 FCFA à crédit.

Les prix des engrais et des insecticides ont été aussi fixés. L’engrais composé NPKSB de 50 kg à 13 080 FCFA au comptant et 14 000 FCFA, l’engrais azoté urée de 50 kg à 13 080 FCFA et 14 000 FCFA à crédit et un traitement à l’hectare avec l’insecticide EC classique à 3 551 FCFA au comptant et 3 800 FCFA à crédit; l’insecticide EC de spécialité à 6 542 FCFA au comptant et 7 000 FCFA à crédit.

En tenant compte de la crise sécuritaire qui existe déjà et qui a impacté fortement la production dans la zone SOCOMA à laquelle est venue s’ajouter la pandémie de la COVID-19, l’AICB est demeurée réaliste et a fixé l’objectif pour la campagne 2020/2021 à 550 000 tonnes de coton graine. Un objectif qui sera possible à atteindre, pour le président de l’AICB, Bihoun Bambou.

le DG de la SOFITEX, Wielfried Yaméogo (au milieu) entouré à droite du SG de l’association, Louis Yanzon Yé et de Ali Compaoré, DG de la SOCOMA à gauche

Cette conférence a aussi été l’occasion pour les organisateurs de donner une réponse aux allégations qui font état, sur les réseaux sociaux, de reconditionnement de pesticides livrés par la SAPHYTO qui ont lieu dans des entrepôts situés à Bobo 2010. Selon le Directeur général de la SOFITEX, Wielfried Yaméogo, c’est une pratique courante qui vise à contrôler si le principe actif du pesticide y est toujours, au moment de le mettre à la disposition du paysan. La campagne cotonnière a démarré et pour se rassurer que les pesticides qui seront déposés entre les mains des paysans sont de très bonne qualité et qu’ils permettront de lutter efficacement contre les ravageurs du coton.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *