Accueil » Gouvernance - Développement » Campagne cotonnière 2022-2023 : le Burkina attend 700 000 tonnes de coton graine

Campagne cotonnière 2022-2023 : le Burkina attend 700 000 tonnes de coton graine

L’Association interprofessionnelle du coton du Burkina (AICB) a animé un point de presse le jeudi 12 mai 2022, à Ouagadougou. L’objectif de cette conférence était de faire le bilan de la campagne cotonnière 2021-2022 et de donner des informations pour la saison 2022-2023.

Le Burkina Faso a enregistré une production de 516 656 tonnes de coton graine conventionnel et 1 889 tonnes de coton biologique et équitable à la fin de la compagne cotonnière 2021-2022. On note une augmentation de 5% de coton graine conventionnel comparativement à la production de 2020-2021 qui était de 491 208. Pour le coton biologique et équitable, la récolte de 2021-2022 a connu une hausse de 20% par rapport à l’année écoulée qui était de 1 573 tonnes.

Cette récolte vient hisser le pays à la 3e place en Afrique de l’Ouest en termes de production, derrière le Mali (2e) et le Bénin (1er).

Sur l’ensemble des trois zones cotonnières du Burkina Faso, il ressort que la valeur brute des achats du coton graine aux producteurs est de l’ordre de 59 milliards 544 millions de FCFA. Cela, après la déduction des crédits des intrants qui s’élèvent à 75 milliards de FCFA des 132,191 milliards d’achat. Cette manne financière participe à l’amélioration des conditions de vie des populations et génèrera des profits à l’ensemble de la Nation.

Pour mesurer l’impact de la production cotonnière sur la vie des paysans, il convient de relever que le rapport de l’étude diagnostic et prospective de la filière coton d’août 2021 révèle que les revenus versés aux producteurs sur la période 2006-2007 à 2020-2021 s’élèvent à 800 milliards de FCFA.

Selon le Secrétaire général de l’AICB, Louis Yé, la recette d’exportation issue de la vente de la fibre de coton se chiffre à 235 milliards de FCFA. Cette performance, dit-il, a été atteinte nonobstant la raréfaction de la main d’œuvre agricole, la dégradation de la situation sécuritaire dans certaines régions, particulièrement à l’Est du pays.

On note en sus les difficultés de mise en place des intrants dans certaines localités du fait de l’insécurité, du mauvais état des routes, les retards de livraisons et de l’application des engrains et insecticides, la réticence par endroits des producteurs à réceptionner la semence préalablement traitées.

A ces situations difficiles, a souligné M. Yé, se sont ajoutés les aléas liés au climat avec des poches de sécheresses ainsi que des épisodes d’inondations.

Pour la campagne cotonnière 2022-2023, le Secrétaire général de l’AICB a indiqué que l’objectif est d’atteindre une production de 700 000 tonnes de coton graine conventionnel et 2 500 tonnes de coton biologique et équitable.

Pour la relance durable de la production du coton, le président de l’AICB, par ailleurs président de la SCOOP Union des producteurs de coton du Burkina Faso (UNPCB), N’Kambi Nikiebo, a fait savoir que son association entend poursuivre la mise en œuvre des mesures ainsi que les recommandations de l’atelier national sur la relance de la production cotonnière de mars 2019, mener des actions de portée significative au niveau de la formation des équipes d’appui-conseil agricole et des producteurs et de renforcer la formation, la sensibilisation et l’information de producteurs.

Pour le Secrétaire général Louis Yé, le contexte socio-économique difficile marqué par une conjoncture compromettant l’accès aux engrais et la crise sécuritaire qui sévit dans le pays interpelle les différents acteurs de la filière cotonnière du Burkina Faso à beaucoup plus de détermination, d’innovation et de professionnalisme.

Pour inciter las producteurs à relever le défi de la production de 700 000 tonnes de coton graine à la fin de la campagne 2022-2023, le prix d’achat du coton graine de premier choix est fixé à 300 FCFA le kilogramme et à 275 FCFA le kilogramme de coton graine deuxième choix. Un record au Burkina Faso et l’un des meilleurs prix de la sous-région.

Le président de l’AICB a souhaité que les producteurs de coton soient unis et qu’il y ait plus d’efforts d’accompagnement dans la filière coton au Burkina Faso.

Du reste, M.  Nikiebo rassure que des stratégies seront développées pour l’atteinte des objectifs de la campagne cotonnière 2022-2023.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.