Accueil » Coopération-Diplomatie » Coopération franco-burkinabè: SEM Luc Hellade prend langue avec des professionnels burkinabè de l’information

Coopération franco-burkinabè: SEM Luc Hellade prend langue avec des professionnels burkinabè de l’information

Le nouvel Ambassadeur français au Burkina Faso, Luc Hellade a, au cours d’un cocktail  de presse tenu le jeudi 19 septembre à sa résidence à Ouagadougou, échangé avec des professionnels de médias. Cette occasion, première du genre,  lui a permis de décliner sa clairvoyance des relations entre son pays qu’il représente avec celles du Burkina Faso, pays d’accueil.

Le nouvel ambassadeur de la France au Burkina, Luc Hallade, s’est entretenu avec la presse

Précédemment ambassadeur délégué à la coopération régionale dans l’océan Indien de 2015 à 2019,  le diplomate français Luc Hellade répond désormais au titre d’ambassadeur de la France  au Burkina Faso.  Après son tête-à-tête avec le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, où il a officiellement remis  ses lettres de créance le lundi 09 septembre dernier, M. Hellade  a jugé nécessaire de prendre langue avec les professionnels des médias burkinabè. C’est d’ailleurs ce qui a valu le cocktail presse tenu en ce 19 septembre dans sa résidence avec les détenteurs du quatrième pouvoir.

Au menu des échanges,  l’actuel locataire de la résidence de France au Burkina Faso a eu un temps à décliner les perspectives diplomatiques entre les deux nations et son engagement à servir avec diplomatie pour le développement socio-économique du Burkina Faso. Ce cadre de prise de contact  a également servi d’occasion pour M. Hellade (à ne pas confondre avec nos frères yoruba Alladé) de revenir sur la mission de cette diplomatie française dans la capitale du cinéma africain.

Le nouvel ambassadeur de la France au Burkina, Luc Hallade

«La présence française au Faso se résume à l’aide au développement du pays. La France n’est pas au Burkina pour piller les richesses du Burkina Faso mais pour l’aider à se développer. C’est la France qui est mal vue ici au Burkina, sinon, le Burkina est bien vu en France», a-t-il relevé. Et pour corroborer ses propos, le diplomate du pays  de l’outre-mer a confié avoir signé dans la matinée de ce 19 septembre  des conventions avec l’Association des régions du Burkina et d’autres acteurs du développement. Lui qui entend travailler pour changer cette donne sait  compter sur le professionnalisme des médias burkinabè dans le traitement de la bonne information auprès des populations.

Mandat placé sous le signe de l’espoir, l’espérance et de la confiance, le  nouvel ambassadeur, en ce qui le concerne, espère apporter sa pierre pour améliorer la compréhension mutuelle, et faire en sorte que la jeunesse arrête de véhiculer quelque part des idées reçues. «Nous avons besoin de communiquer sur ce que nous faisons ici et je voudrais que vous nous aidiez parce que nous savons bien qu’ici au Burkina Faso, il y a une grande liberté de presse», a-t-il conclu.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *