Accueil » Ca se passe à l'assemblée » Coordination de l’action gouvernementale : l’Assemblée nationale investit Christophe Joseph Marie Dabiré

Coordination de l’action gouvernementale : l’Assemblée nationale investit Christophe Joseph Marie Dabiré

A la suite de sa Déclaration de Politique Générale (DPG), ce jeudi 04 février 2021, l’Assemblée nationale a investi Christophe Joseph Marie Dabiré comme Premier ministre du Burkina Faso. Ayant obtenu la majorité absolue des voix, celui-ci a désormais les coudées franches pour dérouler sa nouvelle feuille de route, en vue de la mise en œuvre des dix chantiers prioritaires du programme politique du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.
La Constitution de notre pays, en son article 63, dispose que : « Dans les trente jours qui suivent sa nomination, le Premier ministre fait une déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale. Cette déclaration est suivie de débats et donne lieu à un vote. L’adoption de cette déclaration vaut investiture. Si la déclaration de politique générale ne recueille pas la majorité absolue des membres composant l’Assemblée nationale, le Président du Faso met fin aux fonctions du Premier ministre dans un délai de huit jours. Il nomme un nouveau Premier ministre, conformément aux dispositions de l’article 46 ».
Conformément à cette disposition de la Loi fondamentale, Christophe Joseph Marie Dabiré était face à la Représentation nationale ce jour, pour sacrifier au rite républicain de la Déclaration de Politique Générale (DPG).
Dans une présentation non exhaustive, il a axé sa feuille de route autour de quatre points essentiels. Le premier point est relatif à la nécessité de consolider la paix, la sécurité, la cohésion sociale et de promouvoir la réconciliation nationale. Quant au second point, il a trait à la nécessité d’approfondir la réforme des institutions et la modernisation de l’administration publique. Pour ce qui est du troisième point, il a porté sur la nécessité de poursuivre la transformation des bases productives de l’économie nationale. Enfin, le quatrième et dernier point de sa feuille de route pour les cinq prochaines années a concerné la nécessité de renforcer le processus de développement humain et la solidarité.
Tous ces points découlent des dix chantiers prioritaires du Projet de société du second mandat du Président du Faso, Roch Marc Christian KABORE, intitulé : « Ensemble et en mouvement pour réformer l’Etat, l’administration publique, pour garantir la sécurité, la stabilité et renforcer la résilience économique du Burkina Faso ».
Après avoir suivi avec grand intérêt cet exercice de Christophe Joseph Marie Dabiré tant sur la forme, sur le contenu que sur la portée de sa politique générale, l’ensemble des députés l’a félicité pour la qualité de son intervention, en ce sens qu’elle a été claire, concise, limpide, cohérente et fidèle aux engagements du Président du Faso.
Au regard de ce qui précède, l’Assemblée nationale a adopté à la majorité absolue de ses membres, la DPG présentée par le Premier ministre.
En effet, cet exercice a été un véritable plébiscite, en ce sens qu’il a eu la majorité des voix. Sur les 127 députés que compte l’Hémicycle, 21 parlementaires ont voté contre, 1 abstention et 105 voix sont favorables à l’investiture de Christophe Joseph Marie Dabiré comme Chef du Gouvernement. Avec l’onction des députés de la 8e législature, le Premier ministre a désormais la légitimité et la légalité pour poursuivre la coordination de l’action gouvernementale.
Par ce vote, il a pour ainsi dire les coudées franches pour dérouler sa feuille de route, en vue de la mise en œuvre du programme présidentiel. Néanmoins, les députés ont attiré l’attention du Chef du Gouvernement sur la nécessité de prioriser la consolidation de la paix et de la sécurité, la lutte contre la corruption, la réconciliation nationale, etc.
Par ailleurs, le Premier ministre a remercié les parlementaires pour leurs contributions apportées à la DPG qui, selon lui, visent « à améliorer la coordination de l’action gouvernementale et ce, au bénéfice du peuple burkinabè ». Il a dit espérer compter sur le soutien des membres de l’Assemblée nationale pour la mise en œuvre de cette feuille de route.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *