Accueil » Monde » Covid-19 : l’Afrique du Sud rejette le vaccin russe Sputnik V

Covid-19 : l’Afrique du Sud rejette le vaccin russe Sputnik V

L’organisme sud-africain de réglementation des médicaments a rejeté le vaccin russe contre le coronavirus Spoutnik V, citant certaines préoccupations en matière d’innocuité auxquelles le fabricant n’a pas pu répondre.

L’Autorité sud-africaine de réglementation des produits de santé, ou SAHPRA, a déclaré dans une déclaration mardi que la demande d’autorisation du Spoutnik V pourrait “ne pas être approuvée pour le moment“, faisant référence aux vaccins contre le VIH qui ont échoué dans le passé et qui utilisaient une technologie similaire.

Une étude à un stade avancé publiée dans la revue Lancet l’an dernier chez plus de 20 000 participants a révélé que le Spoutnik V était sécuritaire et efficace à environ 91 % pour empêcher les gens de tomber gravement malades à cause de la COVID-19.

Spoutnik V utilise deux types de virus inoffensifs connus sous le nom d’adénovirus pour transporter la protéine de pointe dans le corps, ce qui prime ensuite le système immunitaire pour produire des anticorps contre la COVID-19. SAHPRA a déclaré que des préoccupations ont été soulevées concernant l’innocuité de l’adénovirus de type 5, qui est utilisé dans l’une des doses de Spoutnik V. L’autre dose contient de l’adénovirus de type 26, également utilisé par Johnson & Johnson.

Les responsables sud-africains ont signalé que deux études de recherche infructueuses mettant à l’essai un vaccin contre le VIH utilisant également l’adénovirus de type 5 ont révélé que les hommes vaccinés présentaient un risque plus élevé d’être infectés par le VIH. Les organismes de réglementation ont déclaré qu’ils avaient demandé aux fabricants russes de Spoutnik V de fournir des données prouvant l’innocuité du vaccin dans un pays où le taux de VIH est élevé, mais que “le demandeur n’était pas en mesure de répondre adéquatement à (leur) demande.

Le Dr Julian Tang, virologue à l’Université de Leicester en Grande-Bretagne, a été perplexe par cette décision.

C’est un lien étrange à faire“, a-t-il dit, expliquant que, bien que des préoccupations aient été soulevées par le passé au sujet de l’utilisation du vecteur du virus particulier dans le Spoutnik V, beaucoup demeurent incertaines. “Ce n’est pas le vecteur qui a causé le VIH, alors on ne peut pas le blâmer pour cela”, a déclaré M. Tang.

Le vaccin fabriqué par AstraZeneca utilise un adénovirus apparenté à un chimpanzé; ce vaccin et le vaccin Johnson & Johnson ont été approuvés en Afrique du Sud.

Les fabricants russes de Spoutnik V, l’Institut Gamaleya, n’ont pas pu être contactés immédiatement pour des commentaires. Au milieu de l’hésitation largement répandue de la vaccination en Russie, les autorités ont lutté pour convaincre les gens de se faire vacciner et le taux de vaccination dans le pays est resté obstinément bas, à environ 32%, malgré la disponibilité de Spoutnik V.

Spoutnik V est actuellement en cours d’examen par l’Organisation mondiale de la santé et l’Agence européenne des médicaments. Le feu vert a été donné dans plus de 70 pays. À ce jour, aucun problème de sécurité important n’a été identifié.

souce:africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *