Accueil » Ca se passe à l'assemblée » Délestages: le DG de la SONABEL en parle avec le Président du CNT

Délestages: le DG de la SONABEL en parle avec le Président du CNT

Le président du Conseil national de la Transition (CNT), Chériff Moumina Sy, a accordé 3 audiences, le mercredi 18 février 2015 à Ouagadougou. Cette occasion lui a permis d’échanger avec ses interlocuteurs du jour sur leurs préoccupations fondamentales.

La délégation du collectif échangeant avec Chériff Sy.
La délégation du collectif échangeant avec Chériff Sy.

Les audiences se poursuivent à «l’hôtel du député», fief du Conseil national de la Transition (CNT). Le 18 février, trois délégations ont été reçues par le maître des lieux, Chériff Sy. C’est le Collectif des professionnels de l’industrie, du commerce, des services et de la société civile pour une Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso assainie qui a été la dernière délégation à échanger avec le président du CNT. Au sortir des discussions, le coordonnateur général de ce collectif, Martin Sawadogo, a dévoilé l’objet de son déplacement sur les lieux.
«Nous avons milité pour la dissolution de la chambre consulaire et la mise en place d’un conseil transitoire élargi aux différentes régions ainsi qu’aux différentes structures pour conduire la Transition au niveau de la chambre de commerce. Malheureusement, ce n’est pas ce qui a été fait. Donc, l’objet de notre visite est de demander au Président du CNT de peser de tout son poids pour qu’il y ait la bonne gouvernance au niveau de la Chambre de commerce à travers un audit et l’élargissement au niveau de cette structure de la Transition» a expliqué Martin Sawadogo.
Pour lui, c’est la gestion scabreuse de la Chambre de commerce qui est à l’origine de la demande de la dissolution de cette chambre. Malheureusement, cet audit n’est pas, a-t-il précisé, fait ou du moins est en train d’être fait d’une façon qui n’est pas transparente. «Nous sommes venus demander au Président du CNT de peser de tout son poids pour que ce problème au niveau de la Chambre de commerce soit résolu. Il y a la question de monopole. On parle de vie chère et nous avons trouvé qu’en dépit des différentes rencontres que nous avons eues avec les autorités, jusqu’à présent, cette question n’est pas traitée. Nous voulons que le monopole au niveau du sucre, du riz, des boissons soit aboli pour que tous ceux qui veulent importer puissent le faire librement au bonheur des Burkinabè» a souhaité le Coordonnateur général du collectif. Le président du CNT s’est montré disposé, a-t-il affirmé, pour faire tout ce qui est en son possible pour accompagner le collectif dans l’atteinte de ses objectifs.

Le DG de la Sonabel à sa sortie d'audience
Le DG de la Sonabel à sa sortie d’audience

Les délestages se sont invités aux discussions
Avant les syndicats de commerçants, Chériff Sy s’est entretenu avec les responsables de la Société nationale d’électricité du Burkina (SONABEL). Cet entretien a permis de passer en revue l’épineuse question des délestages en cette période de début de chaleur. «Nous avons parlé de la situation au niveau de la SONABEL. Pendant la chaleur, c’est une période difficile pour tout le monde. Ce n’est pas seulement la SONABEL, mais pour tous les usagers de l’électricité. Nous avons fait le point de ces difficultés et les mesures que nous sommes en train de mettre en œuvre pour pouvoir réduire ces difficultés» a confirmé le Directeur général, François de Salle Ouédraogo. Celui-ci a révélé que le Président du CNT a prêté une oreille très attentive lors des échanges et leur a prodigué des conseils pour gérer convenablement cette période marquée par une forte consommation.
En attendant, le concours du CNT est sollicité pour la sensibilisation des consommateurs. «Nous attendons du CNT qu’il comprenne quels sont les problèmes que nous avons, qu’il sache quelle est la réalité au niveau de la maison SONABEL et qu’il puisse nous accompagner. Etant donné que c’est la représentation nationale, ils sont en liaison avec les usagers, avec la population et s’ils sont bien informés de notre situation, ils vont répercuter cela au niveau de la nation pour qu’ensemble, nous fassions face à cette situation difficile» a soutenu François de Salles Ouédraogo.

 Le Coordonnateur du RAJIT, Pierre Dabiré a remis son rapport d'étude au patron du CNT
Le Coordonnateur du RAJIT, Pierre Dabiré a remis son rapport d’étude au patron du CNT

La 3ème délégation ayant échangé avec le patron du CNT a été le Réseau africain de journalistes pour l’intégrité et la transparence (RAJIT). Le Coordonnateur de ce réseau, Pierre Dabiré, a confié à sa sortie, être venu remettre à Chériff Sy, une étude sur les exonérations fiscales à accorder dans le secteur minier afin que les députés se préparent sur les futurs débats en plénière. «Nous voulons que le Burkina tire un meilleur profit de l’exploitation minière, qu’il y ait beaucoup plus de ressources pour le budget de l’Etat afin qu’on puisse faire les investissements nécessaires pour nous-mêmes et pour les générations futures» a martelé le Coordonnateur du RAJIT.
A l’en croire, les conclusions présentées aux responsables du CNT indiquent clairement que l’on peut tirer meilleur profit des exploitations minières. «On ne comprend pas qu’on exonère partiellement ou totalement les entreprises minières alors que quand elles ne payent pas ces impôts ici, elles les payent dans leur pays d’origine qui, souvent sont plus nantis que le Burkina Faso» a indiqué Pierre Dabiré à l’issue de sa visite.
Madina Belemviré et Saïdou Zoromé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.