Accueil » Société » Dialogue politique: le CGD  en conférence publique 

Dialogue politique: le CGD  en conférence publique 

Dans le cadre de la commémoration de la journée internationale de la démocratie, le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD) en collaboration avec le Programme des nations unies pour le développement (PNUD) a tenue dans sa traditionnelle  conférence publique dénommée dialogue démocratique sur le thème :« rôle de la justice et de la réconciliation nationale ». C’était le mercredi 15 septembre 2021 à Ouagadougou.

 La réconciliation nationale repose sur le triptyque, vérité, justice et réconciliation nationale. C’est dans cette logique que, le Centre pour la gouvernance démocratique le CGD a animé un panel sur le rôle fondamental de la justice dans le processus de réconciliation nationale en cours au Burkina Faso. Sur ce point, la panéliste  Mme Bibata Nébié a dans un premier temps souligné les forces de la justice dans la réconciliation nationale. Selon, elle la justice est indispensable dans la réconciliation nationale, en ce sens qu’elle permet d’atténuer les tensions et de rendre justice. Aussi, elle a souligné le caractère impartial qui permet de régler les contentieux sociaux. Bibata Nébié n’a pas manqué d’énumérer les limites de la justice. Elle a relevé à ce propos son mode d’expression, c’est-à-dire que bon nombres de personnes ne comprennent pas la langue française utilisée aux tribunaux. Il y’a également la lenteur du traitement des dossiers qui constitue une limite dans le fonctionnement de l’institution judiciaire. Cette lenteur de la justice pourrait constituer une entrave pour la réconciliation nationale. Même avis que Mme Bibata Nébié, le second communicateur,   Dr Abdoul Karim Saidou s’est également prononcé sur la justice. Pour lui, elle  demeure un pilier incontournable pour amorcer la réconciliation au pays des hommes intègres. Cependant, il a relevé que  cette même justice est un problème pour d’autres citoyens. Néanmoins, de son point de vu, c’est  un problème qui  pourrait être résolu grâce à une réelle indépendance  de la justice.

Le rôle des femmes et des jeunes dans la démocratie, la cohésion sociale et la réconciliation nationale  fut le second panel développé  par le Dr Abdoulaye Barro et Mme Fatim Balima. A ce sujet, le Dr Abdoulaye Barro, a laissé entendre que la réconciliation nationale est une fusion de politique et de diplomatie. Pour dire que l’expérience de tout un chacun servira dans le processus de la réconciliation nationale a-t-il poursuivi. En outre, il a ajouté que les jeunes jouent un rôle important dans la démocratie, mais malheureusement, on constate leur faible participation à la gestion de la chose publique. Mme  Fatim Balima, a  quant à elle  souligné le caractère indispensable de la femme dans la cohésion sociale. Les femmes sont les garants de la société, a-t-elle soutenue.

Au-delà de tout cela, il faut reconnaitre que  la réconciliation nationale, la cohésion sociale sont des responsabilités partagées, c’est pourquoi les panélistes appellent toute la population à s’unir pour le bien être du pays des hommes intègres, ont-ils conclu.

Rabiatou Ouédraogo (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *