Accueil » Gouvernance - Développement » Dialogue Politique : Opposition et majorité recherchent des solutions endogènes aux préoccupations majeures des Burkinabè

Dialogue Politique : Opposition et majorité recherchent des solutions endogènes aux préoccupations majeures des Burkinabè

Le Président du Faso a ouvert le jeudi 17 juin 2021 dans la matinée, la 2e édition du dialogue politique qui réunit autour de la table, les forces vives de la nation. Ces personnalités vont pendant 3 jours, échanger entre autres, sur la situation sécuritaire nationale, la relecture à minima du Code électoral, la loi quota genre, le projet de relecture du Code général des Collectivités territoriales, le Projet de redécoupage du territoire. Cette cérémonie a connu la participation du Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré et certains membres du gouvernement.
Le dialogue politique ouvert ce 17 juin par le chef de l’État, Roch Marc Christian Kaboré est le deuxième du genre, après celui de juillet 2019. Le président du Faso qui a prononcé le discours de cette cérémonie d’ouverture, a exprimé son amertume et sa tristesse face au massacre de Solhan. « La présente session du Dialogue Politique s’ouvre à un moment où le Burkina Faso et le monde entier sont sous le choc de l’odieux massacre humain perpétré par les terroristes à Solhan, dans la province du Yagha, région du Sahel, dans la nuit du 04 au 05 juin en cours. Je voudrais exprimer toute mon amertume et ma profonde tristesse face à cette barbarie sans précédent et exprimer ma solidarité et ma compassion aux familles éplorées, tout en souhaitant un prompt rétablissement aux blessés », a-t-il souligné.
Par ailleurs, le président du Faso a indiqué que le contexte actuel marqué par la lutte contre le terrorisme, la COVID-19, la question de la réconciliation nationale et la réponse aux fortes attentes sociales des populations, appelle l’engagement total des participants dans cette phase cruciale de la vie de la Nation burkinabè, empreinte de ces défis majeurs.
Cette rencontre majeure par conséquent caresse le rêve de rechercher des solutions endogènes et pérennes aux préoccupations majeures des citoyens burkinabè.
Ainsi, nombre de questions sont inscrites à l’agenda de la présente session. Il s’agit notamment, de la situation sécuritaire, de la révision à minima du Code électoral pour la prise en compte des réformes nécessaires, du vote dans les zones à forts défis sécuritaires et celui des personnes déplacées internes, le projet de redécoupage du territoire national.
Pour le Président du Faso, cette rencontre est une opportunité qui s’offre à la classe politique et aux forces vives de la nation, de contribuer ensemble et utilement à relever les défis, avec la volonté de renforcer leurs convergences sur des questions essentielles qui consolident la démocratie et la paix au Burkina Faso.
DCRP/Primature

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *