Accueil » Politique » Elections: la révision du fichier électoral lancée par Michel Kafando

Elections: la révision du fichier électoral lancée par Michel Kafando

Le président du Faso, Michel Kafando, lançant un appel aux Burkinabè à se faire enrôler.
Le président du Faso, Michel Kafando, lançant un appel aux Burkinabè à se faire enrôler.

Le 3 mars 2015, à Kaya, dans la région du Centre-Nord, le président du Faso a procédé au lancement officiel de l’opération de révision exceptionnelle des listes électorales. C’était à l’occasion d’une cérémonie organisée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et qui donne le top de départ du marathon devant conduire le Burkina Faso aux scrutins à venir. L’opération va consister en une révision exceptionnelle des listes électorales et va concerner jusqu’au 18 mai 2015, l’ensemble des 45 provinces du pays des Hommes intègres.
La cérémonie a été ponctuée par le mot de bienvenue de la gouverneur de la région du Centre-Nord, l’allocution du président de la CENI et le discours de lancement du président du Faso et président de la cérémonie ainsi que l’acte de lancement sanctionné par l’enregistrement symbolique d’un électeur dont la carte lui a été remise sur place par Michel Kafando.

Me Barthélémy Kéré, président de la CENI.
Me Barthélémy Kéré, président de la CENI.

Dans son mot, la gouverneur, Nandy Somé, s’est réjouie du choix de sa zone pour le commencement de cet enrôlement. Elle a donc exhorté les populations concernées à s’investir pour relever le défi de la mobilisation pour l’atteinte des objectifs recherchés.
Le président de la CENI, Me Barthélémy Kéré, a, quant à lui, fait le point des inscriptions sur les listes électorales à ce jour. «Le fichier électoral biométrique a été constitué par la CENI en 2012 et révisé pour la première fois en 2014. Les chiffres cumulés des inscriptions à ce jour sur le fichier électoral font ressortir un état de cinq millions d’électeurs», a-t-il dit, avant de souhaiter que cette réouverture du fichier électoral soit saisie par les nombreux Burkinabè en âge de voter et ne disposant pas de carte d’électeur pour se rattraper. A ceux qui auraient égaré leurs cartes d’électeurs, le président de l’institution en charge des élections a rassuré que la procédure d’obtention du duplicata a été allégée. Il a expliqué qu’il leur suffit de se signaler auprès des équipes d’enrôlement ou au siège de la CENI, munis d’une des pièces d’identification pour se faire rétablir la carte. «Par conséquent, il est inutile pour ces derniers de se faire enrôler à nouveau», a-t-il rappelé.

La gouverneur de la région du Centre-Nord, Nandy Somé, à l’adresse des populations de la zone.
La gouverneur de la région du Centre-Nord, Nandy Somé, à l’adresse des populations de la zone.

Il a aussi déclaré qu’avec le changement qui est intervenu au Burkina Faso à la faveur de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et que du fait que «plus rien ne sera comme avant», cette opération devrait connaître un engouement particulier. «L’opération, qui débute ce jour même et qui va se poursuivre jusqu’au 18 mai 2015, est la consécration du vœu maintes fois exprimé au lendemain de la révision des listes électorales en 2014 (…) Aujourd’hui, ces vœux se réalisent sur le fondement légal de l’article 50 du code électoral», a-t-il souligné. Ce code stipule, aux dires, de Barthelemy Kéré, que «les listes électorales biométriques sont permanentes. Elles font l’objet d’une révision annuelle par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Cependant, avant chaque élection générale, une révision exceptionnelle peut être décidée par décret».
L’appel de Michel Kafando depuis Kaya
Ainsi en ont décidé le gouvernement et la CENI dont les équipes d’enrôlement se déploieront progressivement sur les six zones de répartition du pays, après avoir séjourné 7 jours consécutifs dans chacune des zones, dans chacun des emplacements prévus à cet effet, selon les propos de Michel Kafando. La première zone regroupe les provinces du Sanmatenga, du Bam, du Kourwéogo, de l’Oudalan, du Namentenga, du Séno, du Soum et du Yagha. Elle accueille dès ce lancement les 2186 opérateurs de kits qui occuperont autant d’emplacements et ce, jusqu’au 9 mars 2015.

Les officiels de la cérémonie de lancement.
Les officiels de la cérémonie de lancement.

Le coût de ce dispositif est estimé à environ 7 milliards de francs CFA pour l’ensemble de l’opération au plan national. Pour ce faire, l’Etat burkinabè a inscrit au budget de l’année 2015 une provision de 25 milliards 800 millions de francs CFA dont plus de 7 milliards 800 millions de francs au titre de la révision exceptionnelle des listes électorales d’après le Président de la Transition. «Vu les enjeux d’une telle opération, j’ai instruit le gouvernement de mettre tous les moyens nécessaires à la disposition de la CENI pour qu’elle se déroule dans la sérénité et de façon professionnelle, la finalité étant d’aboutir à des élections inclusives, apaisées et crédibles», a affirmé celui qui a présidé la cérémonie.

Bibata Kargougou vient d’avoir 18 ans et a bénéficié de la première carte d’électeur à l’issue du lancement de l’opération.
Bibata Kargougou vient d’avoir 18 ans et a bénéficié de la première carte d’électeur à l’issue du lancement de l’opération.

Celui-ci a invité les partis et formations politiques, les autorités administratives, religieuses et coutumières, les populations des 45 provinces, en particulier, les femmes et les jeunes à s’impliquer massivement dans la mise en œuvre du processus électoral en cours, à commencer par l’opération d’enrôlement des électeurs lancé ce 3 mars et qui doit se poursuivre jusqu’au 18 mai 2015. «C’est en votant qu’on évite de se voir imposer des dirigeants irresponsables. C’est en participant au scrutin que l’on contribue à se choisir des régimes crédibles», a-t-il conclu.
La cérémonie a été agrémentée par la prestation de troupes musicales de la localité et un sketch de sensibilisation sur l’importance de l’inscription sur les listes électorales.
Omar Compaoré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *