Accueil » Défense-Sécurité » Escroquerie : un fabriquant de portes feuilles magiques interpellés par la police

Escroquerie : un fabriquant de portes feuilles magiques interpellés par la police

La Police Nationale dans sa mission régalienne de protection des personnes et de leurs biens vient de mettre un terme aux activités d’escroquerie d’un présumé délinquant se disant avoir des pouvoirs de divination et pouvant fabriquer des portefeuilles magiques. Nous nous proposons l’intégralité de la déclaration produite par l’institution pour présenter les faits.

 DECLARATION LIMINAIRE

  Genèse des faits

Suite à des plaintes et dénonciations contre le nommé K.B pour des faits d’escroquerie le 1er avril 2022. Selon la déclaration des victimes, KB se passait pour un devin dont le monde occulte n’a plus de secret pour lui. Ce disant ayant le pouvoir de multiplier des billets de banque et de procurer des portefeuilles magiques qui pourraient offrir cent mille (100 000 FCFA) francs par jour aux victimes.

Sans désemparer, une enquête a été ouverte après un compte rendu fait à la hiérarchie et au procureur du Faso.

L’enquête

Dans la soirée du 1er avril 2022, la brigade de recherches du Commissariat de Police de District de Tanghin-Dassouri, au vu des informations recueillies, a procédé à l’interpellation du présumé auteur d’escroquerie. Il s’agit du nommé K.B âgé de 35 ans, employé de commerce et domicilié à Kokologho évoluant en tant que tradipraticien dans le quartier Kolog-Naba de Tanghin-Dassouri. Une perquisition effectuée dans son domicile a permis de découvrir plusieurs fétiches, des bidons contenant des décoctions de nature ignorée.  Aussi, des talismans ont été constatés. On y trouve également un lot de matériels entrant dans le cadre de la supposée multiplication d’argent, un portefeuille en cuir dit « bédou magique » et un vélomoteur de marque Yamaha Sirius immatriculé 1982 9N 03 au nom de ZERBO Ousséni qu’il prétend avoir acheté dans un marché de cycles à Ouagadougou. La suite de l’enquête pourrait déterminer le propriétaire légitime de l’engin.

Mode opératoire

Le présumé escroc se passe pour un initié de l’art divinatoire et tradipraticien. Il effectue des sorties, de Kokologho à Tanghin-Dassouri à la recherche de nouveaux clients afin de se faire plus d’argent. Il passe dans les lieux publics tels que les lieux de cultes, les kiosques et débits de boissons, aborde discrètement ses victimes et leur propose des portefeuilles dits magiques qui offre cent mille (100 000 FCFA) francs par jour. Son public cible constitue les jeunes et les femmes. Après avoir présenté ses services aux victimes, il pose alors les conditions : une somme de cinquante mille (50 000 FCFA) francs pour l’achat de diverses composantes entrant dans la préparation du portefeuille, et une autre somme de cinquante mille (50 000 FCFA) francs pour sa prise en charge. Le tout s’élevant à cent mille (100 000) sans compter d’autres frais qu’il perçoit subtilement de ses clients. Pour convaincre la victime, il lui remet un portefeuille attaché dans un foulard et la prescrit de l’enfouir dans une tombe nouvellement faite et le résultat serait la découverte d’une forte somme d’argent dans ledit portefeuille dans un délai de trois (03) jours. Dans ce cas, il propose encore d’aller lui-même placer le talisman au lieu indiqué mais moyennant encore une somme de douze mille cinq cent (12 500 FCFA) francs. Ce que la victime accepte lui remettre, naturellement par peur de cet exercice difficile.

Conseils au public

Le phénomène d’arnaque aux portefeuilles magiques continue de faire des victimes. Ainsi, nous invitons les populations à la vigilance et à dénoncer tous les cas suspects d’escroquerie et autres pratiques répréhensibles par la loi. Nous les invitons également à accentuer le niveau de collaboration avec les services de sécurité.

C’est le lieu pour nous de traduire notre reconnaissance à tous ceux et à toutes celles qui œuvrent inlassablement aux côtés des Forces de Défense et de Sécurité pour combattre la criminalité sous toutes ses formes et nous rappelons les numéros verts que sont le 17, le 16 et le 1010.

Rédigée par Vincent de Paul SANOU

 Commissaire de Police

 Commissaire de Police de District de Tanghin-Dassouri

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.