Accueil » Gouvernance - Développement » Faible résultats de l’enrôlement des burkinabè de l’étranger: la CENI tire la sonnette d’alarme

Faible résultats de l’enrôlement des burkinabè de l’étranger: la CENI tire la sonnette d’alarme

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a animé une conférence de presse à son siège à Ouagadougou  en milieu de matinée du 21 janvier 2020. A l’occasion, l’ancien journaliste qui dirige la structure chargée d’organiser les élections au Burkina a fait le point des opérations d’enrôlement des Burkinabè de l’étranger à ce jour, ainsi que celui de l’enrôlement à l’intérieur du pays. Il ressort que la moisson est bien maigre en termes d’enrôlement des Burkinabè de l’étranger, malgré leur grand nombre dans bien des pays lointains ou de la sous-région.

Newton Ahmed Barry, président de la CENI , répondant aux questions des journalistes

Un total de 14 185 électeurs enrôlés dans les 22 ambassades fonctionnelles du Burkina à l’étranger. C’est la moisson des opérations d’enrôlement que la Commission Electorale Nationale Indépendante(CENI) a initiées depuis le 4 janvier 2020, sur un potentiel de près de 2 000 000 de Burkinabè vivants à l’étranger. C’est l’annonce faite par le président de la CENI, Newton Ahmed Barry, devant les journalistes lors de la conférence de presse. A cinq (5) jours de la fin des opérations d’enrôlement des Burkinabè de l’étranger, cette moisson est bien maigre au point que des journalistes se sont interrogés sur les raisons de ce qu’ils ont qualifié « d’échec  de l’enrôlement biométrique à l’étranger ».  Ce qui est considéré comme un « échec » par des journalistes est plutôt « une grande et étonnante surprise » selon le président de la CENI. Il a expliqué ce résultat par le fait que la première condition qu’un Burkinabè de l’étranger doit remplir pour prétendre se faire enrôler et devenir électeur, c’est d’être d’abord immatriculé au niveau du fichier de l’ambassade ou du consulat du pays de résidence. Ce qui n’est pas le cas pour la grande majorité des Burkinabè résidant dans les pays étrangers, selon le président de la CENI.

En  Côte d’Ivoire où la CENI a fait l’inauguration spéciale des opérations d’enrôlement des Burkinabè de l’étranger  le 4 janvier dernier, par exemple, les Burkinabè sont très nombreux, mais beaucoup d’entre eux ne sont pas immatriculés, à l’entendre, indiquant qu’on est à près de 2 000 000 enrôlés. En Italie, par exemple, sur plus de 40 000 Burkinabè résidents, seulement 3 000 d’entre eux sont immatriculés dans le fichier de l’ambassade ou du consulat du Burkina, a expliqué le président de la CENI. C’est en effet cette non immatriculation qui explique le faible résultat des enrôlements à l’étranger au 17e  jour, en plus d’un probable manque d’engouement, selon le conférencier du jour. Il a laissé entendre que la CENI pourrait ne pas atteindre l’effectif d’électeurs attendu au niveau de l’étranger, pour les élections de 2020. La CENI va-t-elle alors rattraper le gap  par prolongation des opérations d’enrôlement ? A cette question, son président a dit en réponse que cela ne relève pas de ses prérogatives, mais, à terme, « la CENI fera le point des enrôlements et le gouvernement décidera », a-t-il laissé entendre. En attendant cette éventualité, le président Newton Ahmed Barry a indiqué, sur la base des résultats actuels qu’il convient d’interroger les choses pour comprendre pourquoi les gens ne viennent pas se faire enrôler. Et cette conférence de presse a aussi justement pour but de tirer la sonnette d’alarme, de son point de vue. Il a fait observer que les équipes d’enrôlement ont été confrontés au départ à quelques blocages dans certains pays dont les Etats-Unis, l’Allemagne, l’Arabie saoudite et le problème n’a pas été résolu jusque-là .Mais qu’à cela ne tienne,la CENI poursuivra sa mission et les  opérations d’enrôlement des Burkinabè de l’étranger finiront le  26 janvier prochain, a conclu le président de dite institution.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *