Accueil » Coopération-Diplomatie » Feuille de route de la Transition : L’union africaine échange avec le gouvernement

Feuille de route de la Transition : L’union africaine échange avec le gouvernement

La feuille de route de la Transition était au cœur des échanges qu’il a eu ce jeudi 18 août 2022 entre le gouvernement et une mission de l’Union africaine présente à Ouagadougou depuis le 17 août. La mission satisfaite des échanges a rassuré le gouvernement pour son soutien à la mise en œuvre de la feuille de route qu’il a établie.

Des confidences de la ministre des Affaires étrangères, de la Coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur Olivia Ragnaghnewendé Rouamba, il a été question au cours des échanges, de dérouler la feuille de route de la Transition. Des explications qu’elle donne, c’est la question sécuritaire qui est au centre de cette feuille de route. A cela, s’ajoute, la restauration de l’intégrité du territoire, le retour de l’Etat dans les zones occupées par l’ennemi, la réinstallation des personnes déplacées, etc. Si on se réfère aux affirmations de la ministre, la mission a été émerveillée de ce qui lui a été présenté. A cet effet, souligne-t-elle, elle a fait la promesse de soutenir la Transition en terme technique pour ce qui est de certains volets, aussi voir dans quelle perspective, l’institution pourra mobiliser les différents partenaires techniques et financiers pour la cause du Burkina. C’est donc étant satisfaite des échanges qu’elle déclare : « la Transition a fixé ses priorités, elle sait où elle va ».

Une rencontre fructueuse pour l’Union africaine

Il s’agit d’une rencontre fructueuse à laquelle a pris part la délégation de l’Union africaine, a indiqué le commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de l’UA, Bankole Adeoye. De ses propos, l’objectif de la rencontre, était d’avoir une vision claire de la situation que traverse le Burkina Faso. Ses propos sont partagés par Olivia Ragnaghnewendé Rouamba qui a déclaré que la rencontre avait pour but de permettre à l’Union africaine de prendre connaissance de la situation que traverse le Burkina, et de voir dans quelle mesure, elle pourra assurer son soutien à la Transition.

Parlant justement de soutien, Bankole Adeoye assure que l’institution qu’il a représenté à la rencontre, est disposée à contribuer au retour de la paix et de la sécurité. « L’union Africaine et ses partenaires, sont disposés à mettre les ressources nécessaires, leurs forces dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent », a rassuré le commissaire. A l’en croire, la vision est de parvenir à un continent uni, prospère débarrasser du terrorisme et des guerres. Il promet rallier tous les partenaires, afin qu’ensemble, ils apportent au pays des Hommes intègres, l’aide dont il a besoin pour sortir de cette crise qui n’a que trop duré, et de cette situation dans laquelle il se trouve.

Une mission de soutien, de solidarité

Pour la commissaire à la santé, aux affaires humanitaires et développement de l’UA, Minata Samaté Sessouma, les échanges, ont permis à la mission dont elle fait partie, de s’imprégner de la situation réelle du Burkina. « Nous vivons à Addis-Abeba, nous tenons des réunions, mais il était de bon ton que nous venons, pour avoir les informations qu’il faut en terme de soutien ». La mission qui était à Ouagadougou, est une mission de soutien, d’accompagnement, de solidarité, a souligné l’ex ministre burkinabè. Des déclarations qu’elle fait, la question humanitaire figurant en bonne place de la feuille de route présentée par le gouvernement, la prochaine étape sera de voir comment l’UA peut accompagner le pays dans le domaine humanitaire. L’accompagnement selon ses propos, va s’étendre à la sensibilisation de la communauté internationale, sur comment elle peut soutenir le Burkina Faso, afin de l’aider à résoudre non seulement les questions politiques, mais aussi humanitaires. Comme son collègue en charge de la paix et de la sécurité, la commissaire des questions humanitaires à l’Union africaine, a rassuré de l’entier soutien de ladite institution au Burkina.

Thierry KABORE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.