Accueil » Société » Fonds Minier de Développement Local : l’AFEMIB plaide pour que 30% soit affecté aux activités portées par les femmes

Fonds Minier de Développement Local : l’AFEMIB plaide pour que 30% soit affecté aux activités portées par les femmes

L’Association des femmes du secteur minier du Burkina (AFEMIB) a reçu pour cette année 2019, un appui financier de l’Ambassade de France afin de poursuit sa mission de  plaidoyer qui reste la meilleure fenêtre d’opportunités pour les femmes des communes minières du Burkina. A cet effet, elle a organisé dans la soirée du jeudi 17 octobre 2019 à Ouagadougou, une conférence publique pour informer et créer un cadre de dialogue et d’échange autour de l’autonomisation de la femme comme moteur de croissance du développement socio-économique des communautés minières au pays des hommes intègres.

La SG de l’AFEMIB(tenant le micro) plaide pour les causes des femmes du secteur minier

Le Fonds Minier de Développement Local (FMDL) institué dans le code minier de 2015 est une opportunité qu’offre le secteur des mines pour le développement socio-économique des communes minières à travers les secteurs prioritaires que sont l’eau, l’éducation et la santé. Soucieuse donc de défendre les droits légitimes des femmes et à les aider à tirer le meilleur profit des ressources minières dans le respect de leurs droits socio-économiques et des intérêts de l’État, l’Association des femmes du secteur minier du Burkina (AFEMIB) souhaiterait-elle que cette opportunité soit étendue aux activités génératrices de revenus (AGR) des femmes des communes minières en vue de leur participation effective au développement socio-économique de leurs familles et partant, de leurs communes respectives. C’est dans ce cadre qui a prévalu une conférence publique qu’elle a organisé  le jeudi 17 octobre 2019 à Ouagadougou réunissant beaucoup d’acteurs pour plaider en faveur de la femme minière rurale.

L’objectif de ladite conférence publique selon Delphine Ouédraogo, secrétaire générale de l’AFEMIB est d’informer, créer un cadre de dialogue et d’échange autour de l’autonomisation de la femme comme moteur de croissance du développement socio-économique des communautés minières.« Nous menons ces plaidoyers afin que toutes les parties prenantes que ça soit les élus locaux, les sociétés minières, la société civile et le politique puissent se prendre en compte le fond minier du développement local. Ce qu’il nous faut c’est pour que la femme ne soit plus en reste et qu’elle ne soit plus oubliées dans cette gestion »a-t-elle ajouté.

Une vue des participants

Aussi, au-delà de l’eau, l’assainissement, la santé  bien d’autres secteurs  ont été abordés à cette conférence de plaidoyer. Mais en quoi faut-il  par exemple qu’une femme qui doit amener son enfant au dispensaire après une ordonnance, comment va-t-elle se débrouiller et avec  quel fond ? Voici autant da questions que la conférencière du jour Mme ZONGO/YANOGO Karidia, 6ème vice-présidente de l’Assemblée nationale  a essayé de donner des réponses. Dans sa communication elle a affirmé au participants que les sociétés minières reversent les fonds minier du développement local aux différentes communautés, mais dit-elle  « il faut que la femme soit impliquée dans cette gestion et qu’elle ne soit plus en reste ». Et c’est dans ce cadre qu’elle a lancé un plaidoyer depuis le mois de mai 2018 avec l’appui du PADSEM pour réclamer que « : 30% du FMDL soit affecté aux activités portées par les femmes » a-t-elle dit.Ces femmes  doivent  être impliquées car dit-elle «  il faut qu’elle soit libre dans ces mouvements à travers une autonomisation non seulement pas financier économique mais aussi politique qu’elle ait son mot à dire qu’elle puisse participer aux différentes décisions ».Aussi, le fond minier peut-être bénéfique a –t-elle ajouté, là « elle pourra se prendre en charge et en même temps prendre en charge toute la famille ». Et demande aux autorités d’y prendre en compte ce plaidoyer de  30% du FMDL aux profits des femmes rurales car « dans toutes les familles et surtout  en milieu rural ce sont les femmes qui se battent pour la survie de la famille, alors ce fond minier pourra lui venir en aide ».

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *