Accueil » Politique » Fusion UNIR/PS-MPS : les cadres des partis réfléchissent à quelles alternatives pour le peuple burkinabè

Fusion UNIR/PS-MPS : les cadres des partis réfléchissent à quelles alternatives pour le peuple burkinabè

Le samedi 4 septembre 2021, les cadres de l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS), du Mouvement patriotique pour le salut (MPS), de la Convergence des patriotes et progressistes/Faso Baara (CPP/FB), de l’Union pour la renaissance démocratique/Mouvement sankariste (URD/MS) et du Mouvement pour la cause du Faso (FASOKOOZ) se sont réunis pour discuter des contours de leur fusion et de la problématique de leur rassemblement.« Regroupement des forces progressistes : quelles alternatives pour le peuple Burkinabè ». Tels a été le thème de la rencontre qui a réunis les cadres de l’Union pour la renaissance/Parti sankariste (UNIR/PS), du Mouvement patriotique pour le salut (MPS), de la Convergence des patriotes et progressistes/Faso Baara (CPP/FB), de l’Union pour la renaissancedémocratique/Mouvement sankariste (URD/MS) et du Mouvement pour la cause du Faso (FASOKOOZ). Cette conférence des cadres de ces différents partis qui ont fusionnés depuis peu a eu pour objectif de discuter ensemble de la problématique même du rassemblement. Cela pour proposer au peuple Burkinabè une alternative progressiste. A en croire Bénéwendé Stanislas Sankara, président de l’UNIR/PS, il n’est pas facile de réaliser un regroupement de partis politiques car, a-t-il dit, la volonté affichée par les différents responsables devrait être partagée par l’ensemble des militants des partis politiques qui veulent aller ensemble. « Ce n’est pas pour rien que souvent que vous avez des unions, des fusions qui ne marchent pas, si vous négociez votre alliance entre les directions et que les militants n’adhèrent pas, ne fédèrent pas, la mayonnaise ne prend pas », a-t-il indiqué. Raison pour laquelle, a précisé le président de l’UNIR/PS que l’idée est venue d’abord de convoquer les cadres des différents partis politiques pour qu’ils puissent discuter ensemble de la problématique même du rassemblement. «  Nous sommes de ceux qui pensent à un développement endogène participatif, c’est-à-dire qu’en tant que sankaristes, les Burkinabè doivent prendre en main leur propre destin », a-t-il affirmé. Pour lui, la question d’une alternative est une question régler. Cependant, il a fait savoir qu’il faudrait que leur nouveau regroupement, en tant que force politique, ait un programme commun et cette conférence de cadres est justement le lieu indiqué pour élaborer ce programme qui va servir de « bréviaire, leur bible ou leur coran, notre chemin » qui sera suivi et défendu avec le peuple.
Tout comme les autres années, 2025 a toujours été un enjeu pour les sankaristes progressistes et en tant que force sankariste et force progressiste, le nouveau parti en gestation entend défendre les intérêts du peuple à travers un programme bien élaboré et bien structuré qui pourra plaire à l’ensemble des Burkinabè. « Ce projet de société va s’attaquer aux différents maux que nous dénonçons et que nous combattons tous les jours et dont on cherche toujours les solutions. Aucun sujet politique, aucun sujet social de notre société ne peut être occulté à travers une telle rencontre où il est question de parler d’alternative », a martelé Bénéwendé Stanislas Sankara.
Idomar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *