Accueil » Conseils des ministres » Inondation de la mine de Perkoa : les vies des huit mineurs entre les mains des secouristes

Inondation de la mine de Perkoa : les vies des huit mineurs entre les mains des secouristes

Le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales, Porte-parole du gouvernement, Lionel Bilgo, a présenté aux hommes de médias, le compte rendu du Conseil des ministres qui s’est tenu ce mercredi 20 avril 2022. Il est revenu sur l’incident de la mine de Perkoa et rassure que les secours sont œuvre pour venir en aide aux huit mineurs piégés dans la mine suite à l’inondation. Son collègue en charge du commerce s’est prononcé sur la pénurie de carburant constatée dans la journée du 19 avril.

Le Conseil des ministres d’hier a délibéré sur des dossiers inscrits à son ordre du jour, entendu des communications orales, procéder à des nominations et autoriser des missions à l’étranger. Au titre donc des délibérations, au titre du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération régionale et des Burkinabè de l’Extérieur, le porte-parole du gouvernement, Lionel Bilgo confie que le Conseil a adopté un rapport relatif à une demande d’agrément pour la nomination d’un ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la république populaire de Chine auprès du Burkina Faso avec résidence à Ouagadougou. Il indique que le conseil a marqué son accord pour la nomination dudit ambassadeur.

Le porte-parole du gouvernement, Lionel Bilgo a présenté le compte rendu du Conseil des ministres

Au titre du ministère des Finances, du Développement et de la Prospective, le conseil a adopté deux décrets. Selon le porte-parole de l’exécutif burkinabè, le premier porte sur l’autorisation de perception de recettes relatives à des prestations de la direction générale des transports terrestres et maritimes et des directions régionales chargées des transports. De ses explications, les nouvelles recettes identifiées sont celles liées à la délivrance des agréments pour l’exercice de la profession de dépanneur remorqueur des véhicules accidentés ou en panne sur les réseaux routiers du Burkina Faso ; pour l’exercice de la profession du courtier de service de transport et pour l‘exercice de la profession d’experts automobile et industrielle.  Si on s’en tient à ses dires, l’adoption de ce décret permettra de réglementer le traitement et la délivrance des titres de transports et d’élargir les recettes publiques au profit du budget de l’Etat. Pour ce qui est du deuxième décret, le ministre affirme qu’il est aditif  au décret n°2019-1113 fixant les taux de correction des salaires du personnel diplomatique et consulaire du Burkina Faso à Abu Dhabi aux Emirat Arabe et à Malabo. Ce décret du ministère en des Affaires étrangères, définit les zones géographiques ainsi que les taux de correction de salaire des récentes ouvertures de missions diplomatiques sur Abu Dhabi et Malabo.

Le ministre en charge du commerce Abdoulaye Tall regrette le fait que les Burkinabè ne croient pas beaucoup aux paroles de leurs dirigeants

Pénurie de carburant, le gouvernement s’explique

Des communications orales ont aussi marqué cette rencontre entre les membres de l’exécutif. Ainsi, l’une d’elle est revenue sur l’incident de la mine de Perkoa. Des déclarations du ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales, l’inondation a pris au piège, huit personnes dont un Tanzanien, un Zambien et six Burkinabè. Il rassure qu’un dispositif d’intervention est mis en place afin de porter secours aux huit mineurs. Si on s’en tient à ses dires, les opérations sont en cours, et le ministre dit espérer que cela va aboutir à une issue heureuse pour les familles de ces derniers.

La journée du mardi 19 avril dans la capitale burkinabè a été marquée par une affluence montre dans les stations d’essence, ce qui a occasionné une rupture de carburant. Des explications du ministre en charge du commerce Abdoulaye Tall, cela est dû au fait que les Burkinabè, ne croient pas beaucoup aux paroles de leurs dirigeants. Ceci a fait que malgré les appels au calme, malgré l’assurance donnée, il y a une sorte de psychose qui entraine des demandes massives du carburant y compris dans des bidons. Il a tenu à rassurer que les dépôts sont suffisants pour faire face à la demande nationale. « C’est le rôle du gouvernement, de s’assurer à ce que le pays soit approvisionné et nous attendons l’assumer », a-t-il soutenu.

Thierry AGBODJAN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.