Accueil » Lu, vu, entendu » Insurrection populaire des 30 et 31 octobre: Atiana Serge Oulon dévoile les véritables traîtres dans son nouvel ouvrage

Insurrection populaire des 30 et 31 octobre: Atiana Serge Oulon dévoile les véritables traîtres dans son nouvel ouvrage

Onze mois après la sortie de son premier livre, “Le général Gilbert Diendéré parle”, le journaliste d’investigation, Atiana Serge Oulon, revient avec un deuxième livre intitulé: “Insurrection populaire d’octobre 2014 au Burkina, Les trahisons”. Le jeudi 3 janvier 2018, il a présenté officiellement l’œuvre au cours dune cérémonie dédicace. C’était en présence de plusieurs personnalités dont le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Dieudonné Bonanet, le général Honoré Naberé Traoré… et de ses confrères et amis.

Le présidium avec le Dr Marc Nébié, enseignant à l’Université de Ouagadougou (à gauche) présentant l’œuvre et Atiana Serge Oulon (en blanc au milieu)

“Le journaliste est l’historien du présent”, a déclaré le Dr Marc Nébié, enseignant à l’Université de Ouagadougou. Mais, souligne-t-il, Atiana Serge Oulon, journaliste d’investigation au bimensuel “Courrier confidentiel”, entend aller au-delà. Il entend attirer “notre attention sur deux mouvements populaires qui ont fait vaciller deux régimes réputés forts, ou plus précisément deux hommes réputés forts”.

Ainsi, après son premier ouvrage dans lequel l’auteur a réussi à faire parler celui-là même qu’on surnomme la (boîte noire du Burkina), le général Gilbert Diendéré, Atiana Serge Oulon, dans une démarche d’enquête et de décryptage, revient sur les évènements historiques d’octobre 2014, pour savoir qui a fait quoi. Plus précisément, comment le lieutenant-colonel à l’époque, Yacouba Isaac Zida, ancien chef de corps du RSP, a pu prendre le dessus sur les autres composantes, les partis politiques, la hiérarchie militaire, les organisations de la société civile.

Dans ce second ouvrage, explique le Dr Nébié qui a présenté l’œuvre, Oulon livre une véritable autopsie de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. “Il dissèque les faits afin de faciliter la compréhension”, soutient-il. Ainsi, en huit chapitres et 55 pages, poursuit le Dr Nébié, ancien enseignant de M. Oulon, l’auteur va chercher les faits, les interroger pour comprendre le puzzle qui s’est mis en place dès l’annonce de la démission de l’ancien président. “Dans le jeu d’ombre qui se menait et où grenouillaient certains personnages pour apparaitre dans la lumière, ou pour faire apparaitre d’autres à la lumière, des alliances se sont dénouées, des alliances se sont nouées, avec à l’arrivée l’ascension du lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida. Dans ce décor où se jouait l’avenir du peuple sans lui, des compromissions apparaissent, d’où ce sous-titre Les trahisons”, a-t-il éclairé.

Pour Atiana Serge Oulon, c’est le peuple burkinabè qui a été victime de la plus grosse trahison lors de ces événements historiques au détriment d’intérêts claniques, individualistes.

La couverture de l’ouvrage de Atiana Serge Toulon. Il dévoile les vrais traitres de l’insurrection dans son second ouvrage

Pour soutenir son assertion, l’auteur avance cet argument: “Dans la mesure où le peuple a réussi à faire partir l’ancien président pour empêcher la modification de l’article 37 qui se résume au respect de la loi fondamentale, il est tout naturellement loisible de s’attendre à ce qu’il y ait un minimum de respect par rapport à cette loi. Et dès lors que cela n’a pas été fait, il y a nécessairement de la trahison”.

Concernant les différentes composantes, M. Oulon a dévoilé qu’il y a eu des fuites de responsabilité au niveau de la hiérarchie militaire, des partis politiques de l’ex-opposition. “C’est cette composante surtout qui a mené la lutte et qui, après la victoire s’est retirée pour laisser libre cours à toute sorte de récupération. Des OSC aussi ont participé, ont joué des rôles qui ne devraient pas être les leurs, et qui ont accompagné la prise du pouvoir de Yacouba Isaac Zida”, a-t-il fait remarquer.

Présent à cette cérémonie de dédicace, le général Honoré Naberé Traoré, qui a été un acteur clé dans cette insurrection, a été invité à donner son avis sur la question. “Moi aussi j’ai un livre qui arrive”, a-t-il rétorqué.

Madina Belemviré

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *