Accueil » Société » Intérêts civils procès Thomas Sankara : des millions dans les poches

Intérêts civils procès Thomas Sankara : des millions dans les poches

Le verdict des intérêts civils dans le dossier Thomas Sankara a été livré par le Tribunal militaire qui a jugé le dossier en question le mardi 10 mai 2022. Blaise Comparé, Yacinthe Kafando, Gilbert Diendéré et autres, ont été condamnés à payer solidairement des millions aux ayants droits des victimes du 16 octobre 1987. A ceux du père de la révolution, ils ont été condamnés à leur payer un franc symbolique.

Un franc symbolique aux avocats inscrits au barreau burkinabè

Le procès Thomas Sankara est arrivé à son terme, avec le verdict des intérêts civils livré par le Tribunal militaire. Il a condamné les accusés, Blaise Comparé, Yacinthe Kafando, Gilbert Diendéré et autres, à payer solidairement à titre de dommages et intérêts, aux ayants droits de feu Thomas Sankara, la somme d’un franc symbolique. C’est d’ailleurs ce que la famille a demandé. Les ayants droits des compagnons du père de la révolution, ont été également dédommagés. Ainsi donc aux ayants droit de Abdoulaye Gouëm, la justice a condamné les accusés à  payer à chacun la somme de 15 millions de francs CFA pour préjudice moral. Ils vont payer à chacun des ayants droits de Patenama Soré, la somme de 20 millions de francs CFA. Les ayants droit de Noufou Sawadogo, seront dédommagés chacun à hauteur de 2 millions de francs CFA. Ceux de Bonaventure Compaoré recevront chacun de la part des assassins de leur parent, la somme de 15 millions de francs CFA. 20 millions de francs CFA, seront reversés à chacun des ayants droits  des défunts Emmanuel Bationo et Christophe Saba. 15 millions de francs CFA, seront suffisants pour dédommager les ayants droits du soldat Der Somda.  Ceux de Frédéric Gannoaga Kiemdé vont percevoir chacun 50 millions de francs CFA. Paulin Bamouni ; Wallilaye Ouédraogo, et Hamado Sawadogo, chacun de leurs ayants droits, seront dédommagés respectivement à hauteur de 40 millions, 2 millions 500 mille, et 30 millions de francs CFA.

Afin de s’assurer le payement effectif des dommages et intérêts accordés aux héritiers des victimes du 16 octobre 1987, la Chambre appelle l’Etat à garantir le payement.  Elle le déboute par ailleurs, pour ce qui est de sa demande.

Le Tribunal oblige également les accusés à payer un franc symbolique aux avocats des familles des victimes inscrits au barreau burkinabè, et 40 millions de francs CFA, à leurs confrères inscrits à l’étranger. Le Tribunal a enfin condamné les accusés reconnus coupables à l’issue du procès, au dépend de l’instance.

Didier NIKIEMA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.