Accueil » Ca se passe à l'assemblée » Journée d’audiences pour Chériff Sy

Journée d’audiences pour Chériff Sy

Le président du Conseil national de la Transition a reçu tour à tour en audience le mardi 17 février 2015 à Ouagadougou les membres de la Chambre nationale des huissiers du Burkina et une délégation de l’Alliance pour refonder la gouvernance en Afrique (ARGA). Au cours des deux entretiens, Chériff Moumina Sy et ses hôtes ont échangé autour des questions corporatistes des huissiers et sur l’organisation prochaine par l’ARGA du forum multi-acteurs.

Durant près d’une demi-heure, les huissiers du Burkina ont exposé leurs préoccupations au président du CNT.
Durant près d’une demi-heure, les huissiers du Burkina ont exposé leurs préoccupations au président du CNT.

Initialement prévue pour 11 heures, c’est finalement à 12 heures 15 minutes que la première audience a débuté. C’est une délégation de la Chambre nationale des huissiers du Burkina Faso (CNHB), conduite par Rosine Bogoré/Zongo, qui sera accueillie à l’entrée de la salle d’audiences par le président du Parlement de la Transition. Au bout d’une trentaine de minutes d’entretien, Rosine Bogoré dévoile l’objet de cette audience.
Pour la présidente de la CNHB, l’audience de cette mi-journée a porté essentiellement sur les préoccupations de la corporation des huissiers de justice. Cette préoccupation concerne le projet de loi régissant le corps des huissiers du Burkina Faso. Ce projet de loi qui doit désormais encadrer la profession, de l’avis de Mme Bogoré, est en déphasage avec les réalités du moment, avec l’évolution qu’a connu la profession.
A en croire la présidente de la Chambre nationale des huissiers, la nouvelle loi devra prendre en compte les nouvelles mutations et intégrer des dispositions afin de permettre une meilleure action de ce corps sur le terrain. Aussi, son adoption ouvrira la voie à une reconnaissance de l’ordre des huissiers qui fonctionne de fait parce que n’ayant aucune reconnaissance légale. Ces manquements, selon Mme Bogoré, «constituent un handicap pour la bonne marche de la profession, et une porte ouverte à toutes les dérives. Ainsi, c’est pour partager ces préoccupations avec le président du Parlement de la Transition que nous avons voulu cette audience pour qu’ensemble ces manquements soient comblés pour un rayonnement de la profession d’huissier».

La délégation de l’ARGA lors de l’entretien avec Chériff Sy
La délégation de l’ARGA lors de l’entretien avec Chériff Sy

A la suite de la Chambre nationale des huissiers du Burkina, c’était au tour de l’Alliance pour refonder la gouvernance d’être reçue par le président du CNT. Conduite par son président Boureïma Ouédraogo, cette délégation est venue faire à Chériff Sy l’état des préparatifs du prochain forum multi-acteurs qu’elle organise dans quelques jours au Burkina Faso.
Organisé avec ses partenaires le Laboratoire Citoyenneté et l’Institut Free Afrik avec l’appui du projet de renforcement de la gouvernance politique, ce forum aura pour thème: «Transition politique et transformations sociales, politiques et économiques au Burkina Faso: contribution pour un processus inclusif de refondation de l’Etat post insurrection».
Pour Boureïma Ouédraogo, cette audience a consisté à son organisation de donner sa vision et ses réflexions en termes de contribution à l’adoption des reformes en cours et à la bonne marche de la Transition entamée depuis novembre 2014. Pour reconstruire l’Etat, à travers une bonne gouvernance, l’ARGA/BF entend impulser une nouvelle dynamique dans la gestion de la chose publique, à savoir la collecte de paroles qui permettra aux citoyens de donner leur avis sur la gestion de la cité afin d’éviter des situations conflictuelles entre gouvernants et gouvernés.
W. DAVY

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.