Accueil » Gouvernance - Développement » Journée nationale de l’arbre: 200 plans mis sous terre

Journée nationale de l’arbre: 200 plans mis sous terre

Le ministre de l’Urbanisme et de l’habitat, maitre Bénéwendé Sankara a procédé à la mise sous terre de 200 plans. C’était le dimanche 15 août 2021 à Tanlili dans la commune de Saponé.

Participer à la reforestation et à la lutte contre les changements climatiques à travers le reboisement, voilà une initiative portée et entretenue par Maitre Bénéwendé Sankara et sa famille et ce depuis 30 ans. Cette année encore, à l’occasion de la journée nationale de l’arbre, la famille Sankara a voulu sacrifier à cette tradition en plantant 200 arbres sur une superficie d’environ 25 hectares.  À en croire le ministre de l’Urbanisme et l’habitat, « les espèces mis sous terre sont exclusivement locaux, à savoir le néré, le baobab et bien d’autres espèces». À travers ce reboisement « nous voulons montrer que nous intégrons dans notre vie de tous les jours l’arbre en tant que source de vie » a signifié maitre Sankara.

Venu pour soutenir cette initiative du ministre, l’honorable député à l’Assemblée nationale, Eli Zongo n’a pas manqué d’éloges à l’endroit de celui qu’il appelle affectueusement « le camarade président ». « Nous sommes venus dans ce bosquet familial parce que maitre Bénéwendé Sankara à travers ces actions est un bon exemple à suivre et s’inscrit dans la droite ligne de la politique gouvernementale actuelle et celle du père de la révolution burkinabè Thomas Sankara. Nous invitons donc les camarades à emboiter le même pas » a-t-il lancé.

Par ailleurs, il faut noter que « ce bosquet n’est pas seulement que familial car il profite aux populations riveraines qui sont autorisé à couper le bois mort et aussi à puiser l’eau du forage installé dans ledit bosquet » a laissé entendre maitre Sankara.

Cependant, certaines activités anthropiques annihilent par moment les efforts consentis. Au nombre de ces activités, « nous avons les feux de brousse et la divagation des animaux qui rendent la protection de la forêt difficile » a fait remarquer, maitre Bénéwendé Sankara.

Gilbert Onadja (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *