Les incontournables à découvrir si vous voyagez en Algérie

par
0 commentaire

L’Algérie, le plus grand pays d’Afrique, est réputée pour son vaste climat désertique du Sahara. Passionnés d’histoire, d’architecture, d’art ou de gastronomie, l’Algérie représente une destination aussi inattendue qu’idéale pour l’organisation de toutes les étapes des vacances. Des plages de la Méditerranée aux montagnes de la Kabylie, les voyageurs peuvent explorer un grand nombre de sites, tout en s’imprégnant de la culture et de la diversité des paysages du pays. Dans cet article, vous découvrirez les incontournables à visiter en Algérie pour un séjour mémorable.

Les ruines romaines de Tipasa

Situées sur la côte méditerranéenne, les ruines romaines de Tipasa sont un site chargé d’histoire et de charme. Les visiteurs ne peuvent qu’être séduits par le paysage naturel, caractérisé par des ruines dorées, perchées au sommet d’une falaise côtière surplombant la mer turquoise. L’histoire de Tipasa remonte au VIe siècle avant J.-C., en tant que carrefour commercial. Colonisée à plusieurs reprises au cours des siècles, elle est devenue un pion entre les mains des Romains, des Byzantins et des premiers chrétiens, qui ont utilisé la ville comme point de départ pour d’autres conquêtes.

À l’époque romaine, la ville de Tipasa a prospéré tant sur le plan militaire que commercial. Pour se protéger des tribus nomades, un mur défensif a encerclé la ville, établissant sa proéminence. De plus, la position centrale et stratégique de Tipasa a facilité le développement du réseau routier nord-africain par les Romains. L’expansion du christianisme s’est accompagnée de la construction d’édifices religieux à Tipasa. La Basilique Alexandre et la Grande Basilique sont devenues des centres d’intérêt dans la partie ouest de la ville, tandis que la Basilique Saint Salsa était réservée aux fidèles peu enclins aux messes dans la partie est. Si vous vous y rendez, faites vous accompagner car la sécurité en Algérie reste un point sensible du pays.

Le Mausolée royal de Maurétanie

Le Mausolée royal de Maurétanie fait partie des plus importantes ruines romaines antiques en Algérie. Le mausolée, commandé par le mari de la princesse Cléopâtre Séléné II, était à l’origine destiné à être la dernière demeure de toute la famille royale pour sa grandeur et sa taille. Cependant, au cours des deux derniers siècles, il est devenu la cible des chasseurs de trésors et des chefs militaires, subissant des pillages et des attaques répétés. Malheureusement, les restes de Cléopâtre et de Juba ont été retirés du site funéraire de longue date, vraisemblablement par des pilleurs.

Au milieu du XVIe siècle, Salah Rais, un amiral ottoman, a ordonné la destruction du mausolée. Cependant, les hommes de l’architecte ont été accueillis par un essaim de guêpes noires qui les ont attaqués et piqués avec férocité, entraînant la mort de certains d’entre eux. Interprétant cet événement comme un message évident : le mausolée doit rester intact, le projet est abandonné. Des années plus tard, la marine française, qui occupait la région, a choisi d’utiliser le site pour s’entraîner au tir, ce qui a provoqué des dommages mineurs à la structure.

À la fin du XIXe siècle, l’empereur Napoléon III a visité le mausolée. Profondément impressionné par sa grandeur, il corrige les erreurs passées de la marine française et promulgue un décret pour sauvegarder et préserver la magnifique structure. Grâce à cet acte, les visiteurs d’aujourd’hui peuvent s’émerveiller devant ses ruines et rendre hommage à la vie d’une princesse qui, autrement, serait tombée dans l’oubli au fil du temps.

Le pont suspendu de Sidi M’Cid

Le pont suspendu de Sidi M’Cid est un ouvrage d’art exceptionnel qui vient compléter la ville de Constantine. Il s’agit du plus magnifique de tous les ponts de la ville qui offre aux visiteurs une vue sur le paysage environnant. Construit pour enjamber les gorges spectaculaires du Rhummel, il relie les deux moitiés de la ville ancienne, qui se trouve au sommet d’un plateau. Une collection de ponts historiques est disséminée dans la ville, qui valut à Constantine le surnom de « ville des ponts ». Le pont Sidi M’Cid est aujourd’hui un symbole de la ville et une attraction emblématique pour les habitants et les touristes.

Construit au début du XXe siècle, le pont Sidi M’Cid culmine à 175 mètres. À l’époque de son achèvement, il était le pont suspendu le plus haut du monde avant d’être surpassé par le Royal Gorge Bridge. Cette magnifique structure qui domine les gorges dispose d’un point de vue exceptionnel sur une partie de la ville et de la vallée alentour. Reliant la Médina de Constantine au centre hospitalier, ce pont routier, qui crée une sensation de vertige, présente une conception hybride de suspension à câbles et à haubans, qui rappelle le pont de Brooklyn.

Le Tassili n’Ajjer

Au-delà de l’oasis désertique de Djanet, il existe un parc national qui regorge d’échos du passé. Le Tassili n’Ajjer, au paysage surréaliste, invite à un voyage captivant dans une galerie d’art à ciel ouvert. Ici, les formations rocheuses de grès font office de toiles, ornées de plus de 14 000 peintures et sculptures préhistoriques. Selon l’UNESCO, ce parc possède l’une des plus importantes collections d’art rupestre préhistorique au monde. En effet, les créations témoignent des migrations animales, des changements climatiques et de la vie humaine au cours de l’histoire de la région.

Les créations sublimes du Tassili n’Ajjer remontent à la période néolithique, lorsque cette partie du désert du Sahara était une savane prospère, abritant une faune abondante comme les crocodiles, les antilopes et les girafes. Gravées sur les roches, ces images immortalisent les créatures qui parcouraient autrefois ces terres. L’art rupestre capture également des instantanés de la vie quotidienne, offrant une fenêtre historique sur les activités de l’humanité.

Outre ses trésors artistiques, le Tassili n’Ajjer attire les aventuriers par ses paysages et son environnement unique. Les structures de grès sculptées par le vent s’élèvent majestueusement au-dessus de vastes étendues de sable, formant des formes abstraites captivantes. Malgré son environnement aride, cette partie du désert du Sahara se développe autour de l’oasis située à proximité. Des espèces végétales menacées comme le cyprès saharien et le myrte saharien sont également présentes dans cette partie du désert.

Articles Similaires