Accueil » Société » Lutte contre le terrorisme : le MERCI appelle à une résistance populaire

Lutte contre le terrorisme : le MERCI appelle à une résistance populaire

Le Mouvement pour l’engagement et le réveil citoyen (MERCI) s’est prononcé sur la situation nationale. C’était au cours d’un point de presse ce jeudi 26 août 2021 au Centre national de presse Norbert Zongo à Ouagadougou.

L’insécurité au Burkina Faso, les attaques terroristes envahissant plusieurs régions, la flambée des denrées alimentaires, que faire face à ces terribles situations ? Jeunes, femmes, hommes burkinabé, l’heure est grave pour notre nation. Devons-nous croisé les bras ? Non ! Il est certain que plusieurs organisations, associations, et mouvements se dotent des moyens pour y remédier, mais reconnaissons que cela n’est pas suffisant. Il faut encore plus de voix, c’est-à-dire plus de propositions de solutions pour y arrivé. C’est dans cette optique que le Mouvement pour l’engagement et le réveil citoyen, un mouvement jeune qui se dit soucieux du bien-être de  la nation, s’est prononcé ce jeudi 26 août 2021 face aux hommes et femmes de médias. Au cours de la conférence de presse, le président du MERCI, Abdoulaye Yogo a laissé entendre que la population doit soutenir  les forces de défense et de sécurité (FDS) et les volontaires pour la défense de la patrie (VDP) à travers une résistance populaire, c’est-à-dire que chacun doit être acteur de cette guerre contre l’ennemi et être un détecteur privé pour fournir plus d’informations. Cette guerre asymétrique a engendré d’énormes conséquences, parmi lesquelles figurent les déplacés internes. Le MERCI à l’occasion de cet échange avec la presse a plaidé auprès des institutions notamment, le ministère en charge de l’Action sociale et de la Solidarité nationale, la prise en charge des déplacés internes, car ça y va de leur droit. Par la même occasion, le président du  MERCI invite les opérateurs économiques à fournir un peu plus d’efforts avec des moyens financiers et matériels.

En outre, le MERCI n’est pas resté  muet face à la crise alimentaire, marquée par la covid-19 que le Burkina Faso vit depuis la fermeture des frontières. Abdoulaye Yogo a exigé du ministère du Commerce plus de présence sur le terrain et plus d’initiatives et d’offensives pour faire respecter les justes et légaux des denrées alimentaires. Il a aussi invité le ministère du Commerce à étaler à l’opinion publique la structure des prix des produits de grande consommation.

Par ailleurs, au ministère des Affaires étrangères, le MERCI exige des concertations rapides avec les pays limitrophes du Burkina Faso et ceux des espaces économiques pour la réouverture des frontières terrestres afin de soulager les personnes qui au quotidien  traversent les frontières pour gagner leur vie a conclu le président du Mouvement, Yogo Abdoulaye.

Rabiatou Ouédraogo (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *