Accueil » Nè Wendé » Nè Wend que je ne suis pas d’accord avec toi, Damiba !

Nè Wend que je ne suis pas d’accord avec toi, Damiba !

Bon, faut pas fâcher hein, Damiba, si ce que je dis ne te plaît pas, moi s’amiser. Nè Wendé !

Je voulais dire que l’autre jour, quand je t’ai vu à la télé avec le président nigérien à Niamey, Nè Wend que je ne t’ai pas reconnu aussitôt. Il m’a fallu frotter mes yeux bien bon pour voir claire. On dit que l’habit ne fait pas le moine mais le moine a un habit. Nè Wendé !

Pour dire vrai, la tenue civile-là ne te va pas ! Je ne sais pas si c’est parce que je t’ai connu dans la tenue militaire mais, en tout cas, ça ne va pas. Nè Wendé !

J’ai entendu que c’est Bazoum-le-wanzam qui t’avait dit de ne pas venir chez lui en tenue militaire et tu t’es attrapé un ‘’qui-n’est-pas-député’’. Je croyais que c’est circonstanciel, mais hier encore, je t’ai vu en ‘’samba-quatre-poches’’ avec lunettes télévision à New York, chez nos bons samaritains du Cathwell ! Franchement, les tenues-là ne te vont pas. Nè Wendé !

Il ne faut pas me dire qu’on n’entre pas aux Etats-Unis en tenue militaire car Sankara s’est présenté à la tribune des Nations unies en tenue militaire, colt à la hanche. Nè Wendé !

Ces tenues-là ne te donnent pas l’étoffe d’un PF ! On dirait plutôt un garde-du-corps. Quand ton kôrô Isaac Zida est arrivé et voulais troquer ses treillis contre les costumes, c’est moi, Nè Wendé, qui lui ai conseillé de se mettre plutôt au Danfani. Il a essayé et il ne peut plus se passer du Faso Danfani ! Nè Wendé !

M’ba Michel, lui, il a trop duré dans les gratte-ciels des Ricains et vu son âge et qu’on n’apprend pas à un vieux singe à faire la grimace, je l’ai laissé dans ses costumes-cravates. Nè Wendé !

Roch a été le meilleur exemple ! Sans lui toucher un mot, il s’est mis lui-même à porter des Faso Danfani ! Partout où il allait, on voyait le Burkinabè faire la promotion de l’étoffe nationale. C’était une fierté pour le Burkina Faso et des revenus pour des tisseuses et des couturiers ! Nè Wendé !

Je te conseille de faire la même chose : puisque tu t’es battu pour la chose et que tu as obtenu la chose-là, vu que tout le monde a adoubé ton coup d’Etat et toi-même tu as embarqué tout le monde dans ta chose, il faut te débarrasser, pour l’instant, de ta tenue militaire pour être pleinement le président du Faso que tu voulais être en prêtant serment. Tu le reprendras à la fin de ton ‘’mandat-CEDEAO’’. Ou bien ? Nè Wendé !

Dans le Faso Danfani, il y a du fin mais aussi du lourd. Idem pour le Kôkôdonda. Comme tu aimes le treillis, tu peux choisir les pagnes lourds. Je ne te demande pas de porter les fourkia du Rocco, tu as l’embarras du choix de la coupe. Si tu veux des adresses, je suis là. En attendant, je tire les oreilles de ton protocole et de ton service de relations publiques de t’avoir laisser t’habiller au wazard. Je vais leur envoyer en plus une petite facture pour le code vestimentaire ; car le Burkinabè de nos jours ne sait plus donner conseil cadeau ou se sacrifier. Nè Wendé !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.