Accueil » Economie-Finances » Organisation de transporteurs routiers du Burkina: HCT-BF, la nouvelle faitière pour mettre fin à la crise de 2 ans

Organisation de transporteurs routiers du Burkina: HCT-BF, la nouvelle faitière pour mettre fin à la crise de 2 ans

Un regroupement des organisations de transporteurs routiers du Burkina Faso était en congrès  les 14 et 15 mars 2020 à Ouagadougou pour mettre en place une faitière comme voulu de tous les acteurs pour oublier la crise que traverse ce secteur. Dénommé, le bureau du Haut conseil des transporteurs du Burkina Faso (HCT-BF), c’est Adama Ouédraogo dit « adama Palm beach» qui a été porté à la tête de cette faitière pour la diriger à l’issue de ce congrès ce samedi 14 mars 2020 à Ouagadougou.

Le présidium

A peine une semaine après le congrès de Bobo-Dioulasso qui a porté Isoufou Maïga à la tête de la faitière unique des transporteurs du Burkina Faso, une autre est en gestation du côté de Ouagadougou. Cette fois-ci, 16 structures frondeuses de transporteurs routiers mettent en place une autre faitière au cours d’un congrès qui s’est tenu dans la capitale burkinabè  les 14 et 15 mars 2020. Il s’agit de l’Alliance burkinabè des chargeurs et transporteurs (ABC/Trans), du collectif des transporteurs et chauffeurs routiers du Burkina (CTCRB). La fédération nationale des acteurs du transport (FENAT) et du syndicat national des commerçants et transporteurs du Burkina (SYNAJECT). A ces organisations s’ajoutent les compagnies de transport Elitis,  Farafina Tour, FTS, Rahimo, Rakieta, Saramaya, STBA, TCV, TSR, SNT et CTROF. A l’issu de ce congrès, Adama Ouédraogo  a été porté à la tête du bureau du Haut conseil des transporteurs du Burkina Faso (HCT-BF) .Il est donc désormais le président de l’ensemble des organisations qui ont un rapport avec le transport au Burkina Faso.

le premier vice-président du HCT-BF, Ahmadou Bâ Ouattara

Pour le premier vice-président du HCT-BF, Ahmadou Bâ Ouattara « le Haut conseil  des transporteurs du Burkina Faso (HCT-BF) sera la seule structure habilitée à s’exprimer au nom de l’ensemble des transporteurs du Burkina Faso », a-t-il précisé. Car dit-il, cette nouvelle structure sera l’unique interlocuteur des transports au Burkina Faso. « C’est la grande maison des transporteurs », a-t-il rassuré qui regroupe l’ensemble des acteurs à savoir, des transports en commun, des hydrocarbures, des minerais et des bois de chauffe.

Interrogé sur la nature du problème avec M. Issoufou Maïga, le premier vice-président répond. « Ce n’est pas la personne de Issoufou Maïga le problème mais ce sont ses pratiques » explique M. Ouattara. Avant de poursuivre que celui-ci verserait dans le culte de la personnalité. Aussi ces partenaires ne cautionneraient pas sa gestion qu’ils jugent « mafieuse » d’où la prise de leur responsabilité. Mais face à ce qu’ils ont appelés une « imposture », ces transporteurs disent prendre leurs responsabilités pour la défense des « véritables intérêts » des acteurs du secteur des transports au Burkina Faso. Leur responsabilité passe par la création à leur tour d’une faitière différente par la qualité des hommes qui l’animeront. « La probité sera inscrite au fronton de sa gestion » a lancé M. Ouattara. Il a également expliqué que la création de cette union s’inscrit dans un processus qui se veut graduel pour mettre fin à la crise que traverse le transport au Burkina Faso depuis maintenant près de deux ans avec  des conséquences sur le quotidien des burkinabè. Qui par ailleurs,  reconnait le tort causé aux citoyens et à l’économie surtout sur des sujets internes des acteurs du transport. Néanmoins ces transporteurs croient en leur combat à en croire leur président pour  mettre fin au calvaire que vivent les transporteurs.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *