Accueil » Arts-Culture » Paix au Burkina : la Fondation Green Africa à travers les enfants veut lutter contre le terrorisme

Paix au Burkina : la Fondation Green Africa à travers les enfants veut lutter contre le terrorisme

L’atelier de réflexion pour la création de l’album « Repenti de cœur », et l’élaboration de la feuille de route de sa campagne de diffusion, initié par la Fondation Green Africa au profit des enfants, a eu lieu le samedi 15 octobre 2022 à Ouagadougou. Il a pour objectif d’inculquer un certain nombre de valeurs aux enfants, qui seront des porte-voix pour le retour des fils et filles en conflit avec la république.

Le Burkina Faso vit les pires moments de son existence. En plus des attaques terroristes qui endeuillent le pays, le vivre ensemble, la cohésion sociale est mise à mal. Il est donc urgent de travailler pour un retour de la paix. La Fondation Green Africa qui travaille dans la promotion de l’environnement, mais surtout dans le développement durable, s’y est engagée. Elle s’y emploie à travers la musique. Ainsi, elle a sorti un album qui avait pour titre : « Dépose ton arme ». L’appel a été entendu, car des combattants du mal, ont par la suite déposé les armes a indiqué le directeur général de la Fondation Green Africa, Magloire Sebgo. Fort de ce succès, et pour rester dans cette dynamique, la Fondation a décidé de consolider cet acquis, par un repenti des cœurs, a-t-il souligné. Pour réussir donc cette mission, et toucher les cœurs de ces personnes en conflit avec la république, Green Africa veut s’appuyer sur les enfants qui sont des innocents, qui sont l’avenir, pour qu’ils portent ce message de repenti à travers la musique. Ce qui est intéressant dans ce projet lancé par la Fondation Green Africa, c’est qu’elle va travailler à la réinsertion sociale et professionnelle de tous ceux qui accepteront déposer les armes, fois de Magloire Sebgo.

Il s’agit là d’un projet salutaire, relevé par le chargé de mission au ministère de la Cohésion sociale et de la Réconciliation nationale, et membre des comités locaux du dialogue pour la restauration de la paix, Stéphane Bayala. D’ailleurs, pense-t-il, d’autres structures doivent emboiter les pas de la Fondation Green Africa. C’est une nécessité selon lui, car si l’on veut la reconstruction du Burkina, il est impératif de sortir de la crise sécuritaire qui endeuille les familles.

A pris part à l’atelier, Naaba Congo de Bissigin, représentant le Mogho Naaba. Après avoir salué l’initiative, il se dit convaincu qu’elle va contribuer pour le retour de la paix au Burkina Faso. Personnellement, il va présenter une communication. Si on s’en tient à ses dires, elle va porter sur les valeurs culturelles à inculquer aux enfants. Pour sa part, il a souhaité une bonne réussite à l’initiative.

Thierry KABORE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.