Accueil » Politique » Premier ministre de la Transition : Des Burkinabè se prononcent

Premier ministre de la Transition : Des Burkinabè se prononcent

Le 14 octobre, le président de la Transition a été désigné à l’issue des Assises nationales. Dès lors que le capitaine Ibrahim Traoré a été confirmé à la tête de la Transition, les Burkinabè sont dans l’attente de la formation du gouvernement. Qui pour être le Premier ministre ? A cette question, des politiques et OSC se sont prononcés.

Sylvain Bouma Thiéné, secrétaire général de la CNTR et président de l’UJAPD : « Nous souhaiterons que le Premier ministre ne soit pas un politique »

Au vu contexte sécuritaire actuel sans précédent, au-delà du Premier ministre nous recommandons qu’on forme un gouvernement de guerre avec des hommes acquis à la cause du peuple : « la sécurité ». Aucune politique de développement ne connaitra de succès en temps de guerre. La paix est donc une valeur inaliénable de toute Nation qui se projette.

Pour le poste de Premier ministre, nous ne pourrons faire une fixation. Mais au vu de la confirmation actuellement c’est mieux nous demandons sans intention d’exclusion que ce ne soit pas un politique pour permettre une meilleure adhésion des masses à l’action de restauration et éviter les règlements de comptes politiciens. Nous privilégions un gouvernement neutre et de combat.

François Zangré, coordonnateur des Autres partis politiques du Burkina Faso : « Dr. Lassina Zerbo jouit d’une vaste expérience managériale et de leadership »

Dr. Lassina Zerbo jouit d’une vaste expérience managériale et de leadership dans le secteur privé ainsi qu’à la commission préparatoire du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (OTICE). Il est depuis le 1er août 2013, secrétaire exécutif de la commission préparatoire de l’OTICE. Dans ce rôle, son leadership transformationnel, innovant, et polyvalent lui a permis d’ancrer la position de l’OTICE comme centre mondial d’excellence pour la surveillance des essais nucléaires. Dr Zerbo est aussi reconnu pour son énergie et sa passion à promouvoir l’entrée en vigueur et l’universalité́ du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE) et ses initiatives pour développer les synergies entre science et diplomatie pour la paix. Il est l’initiateur du cycle des conférences Science et Technologie qui attirent depuis 2011, et ce tous les deux ans à Vienne plus de 1000 scientifiques, experts, universitaires et représentants de la société civile d’une centaine de pays afin de débattre sur les questions scientifiques et diplomatiques ayant trait à l’interdiction des essais.

Nous parlons donc ici d’un homme pétrit d’expérience et je pense que Lassina Zerbo peut jouer un rôle très important dans la vie de notre nation en matière de sécurité, de développement socio politique, d’épanouissement de la jeunesse et de la promotion de l’entrepreneuriat jeune, chose qui réduira considérablement le chômage. Il est donc l’homme indiqué selon moi, pour diriger le gouvernement de la Transition

Evrard Sorgho, président du Parti écologiste pour un développement nouveau (PEDN) : « Dr. Lassina Zerbo jouit d’une intégrité irréprochable »

Pour un choix judicieux d’un chef de gouvernement dans ce contexte de lutte contre le terrorisme il convient d’orienter le choix vers un profil d’homme suffisamment averti dans les relations internationales dans l’optique de porter et de défendre les aspirations du peuple auprès des partenaires internationaux. Le 2e niveau d’analyse est que le choix soit basé sur des critères d’intégrité et de capacité à faire de la cohésion sociale un acquis à court terme en vue de parachever la réconciliation nationale. De ce point de vue nous avons des personnalités comme le Dr. Lassina Zerbo, qui est un homme pétri d’expérience au niveau international, surtout auprès d’un pays comme la Russie. Ce dernier jouit aujourd’hui d’une intégrité irréprochable. Nous devons avoir un Premier ministre capable d’influencer les relations internationales dans la lutte contre le terrorisme de façon efficace et à court terme.

Youssef Ismail Nasséré, président du Club des patriotes : « Le colonel Auguste Denise Barry est la personne la mieux indiquée »

Nous sommes dans un pays qui est en proie à des attaques terroristes. Notre pays est en guerre. Pour le sortir de la situation critique dans laquelle il se trouve, nous avons besoin d’un Premier ministre spécialiste des questions sécuritaires. En effet, quand on souffre d’un mal, s’il s’agit du cœur, on va chez un cardiologue. Le Premier ministre doit être un spécialiste des stratégies de défense et de sécurité. Mais avant, il faut qu’en plus de ses connaissances en stratégie de défense et de sécurité, il doit être patriote, intègre impartiale et un avisé de la politique burkinabè. Se référant sur ces directives, selon mon avis, le colonel Auguste Denise Barry est la personne la mieux indiquée pour occuper le poste au regard des priorités actuelles de notre pays et de ses potentialités. L’homme est réputé être un stratège, un intègre. Il est rigoureux et est très connu dans les écoles de formation militaire. Il faut ajouter qu’il a été ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation, de la sécurité et fondateur du Centre d’études stratégiques en défense et de sécurité. Cela constitue pour lui un grand atout car il connaît les problèmes du pays. Nous avons parcouru sa biographie, et l’homme a beaucoup à apporter au pays. Il est également très aimé de la population burkinabè et surtout de la jeunesse. Le colonel Auguste Denise Barry peut apporter énormément à la Transition en qualité de premier ministre.

Thierry KABORE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.