Accueil » Gouvernance - Développement » Protection de la faune et de la flore: dans le Nahouri, un concours de recrutement  d’éco-gardes lancé

Protection de la faune et de la flore: dans le Nahouri, un concours de recrutement  d’éco-gardes lancé

Dans le cadre de la protection de la faune et de la flore dans le complexe Pô-Nazinga-Sissili, un concours de recrutement d’agents éco-gardes a été administré ce lundi 22 juin 2020 à Pô. Organisé par l’association des Anges Gardiens de Nature en collaboration avec les mairies des cinq communes dans lesquelles se trouve le complexe à savoir Pô, Guiaro, Nobéré, Sapouy et Biéha, ce concours a vu la participation de 184 candidats dont 8 filles. C’était  des jeunes garçons et filles déterminés à se trouver un emploi  qui se sont rivalisés sous le regard des maires des communes de Guiaro et de Biéha, du directeur provincial de l’Environnement et du Cadre de vie du Nahouri  Ali COULIBALY et monsieur  Benjamin BASSONO responsable de l’association.

Une vue des candidats

Il était 5 h 30 min environ ce lundi 22 juin 2020 lorsque les jeunes candidats  à ce concours ont commencé à rallier la direction provinciale de l’Environnement et du Cadre de vie de Nahouri. Quelques inquiétudes et de peur se lisaient sur le visage des 184 concurrents au poste de recrutement des 15 éco -gardes. Ils sont nombreux à venir des cinq communes formant le complexe  Pô-Nazinga-Sissili. Chacun rêve de travailler quel que soit le lieu. A la question de savoir en quoi consiste le travail d’un éco-garde, rare sont ceux qui ont pu répondre. Pour mademoiselle Anoubouga  ZANWO, c’est pour travailler comme une forestière  et monsieur Charles OUEDA de renchérir, c’est un travail de surveillance de la nature. Visiblement la majorité  des candidats ne cherche que l’emploi  sans savoir en quoi il consistait.

Le comité d’organisation

Bientôt l’heure du début du concours et instruction a été donnée par l’organisateur, le directeur provincial de l’environnement du cadre de vie      de les convoyer à la sortie Est de Pô sur la route  du village de Songo. Arrivés autour de 6h45 min, c’est exactement à 7h25 quand le top de départ pour les filles a été donné. Sur une distance de mille mètres  la première, mademoiselle Waramata  NACRO, a franchi la ligne d’arrivée à 7h30 soit un temps mis de 4 min 12 s. Elle a été suivie par Anoubouga ZANWO avec pratiquement le même temps 4 min 12 s 35.  La dernière des filles est arrivée avec un chrono de 7 min 24 s.

A l’issue de la course des filles, il a été fait place à celle des garçons sur une distance de 3000 m . Cela s’est  effectué  par commune. Les dix premiers de chaque commune ont été retenus, soit au total 53 personnes. Si pour la majorité des concurrents, la course était facile, pour deux d’entre eux qui ont jeté l’éponge, ce  n’était la mère à boire.

La meilleure des filles Waramata NACRO à l’arrivée

Après le sport, les meilleurs ont été conduits à la direction provinciale pour un entretien oral et subiront une visite médicale d’aptitude.  A la fin de cette étape 30 candidats  seront retenus. Ceux-ci seront formés pendant deux semaines en instruction civique et en formation   d aguerrissement. C’est au bout de cette dernière étape que les  15 meilleurs seront recrutés comme éco-gardes   définitivement et auront une formation militaire de 6 mois avant d’être affectés dans leur base dans le village de Walem pour être redéployés dans les villages  des cinq communes de l’aire géographique du complexe  Pô-Nazinga–Sissili (PONASI). Selon le directeur provincial de l’Environnement, ces éco-gardes seront des auxiliaires des agents des eaux et forêts.

Pendant que nous quittions la direction provinciale à 14 h, l’entretien  oral se poursuivait. Nous apercevions des candidats  dans l’attente de leurs  résultats tous crispés. Les organisateurs se sont dits satisfaits du déroulement du concours et ont hâte de les avoir sur le terrain .

 Jean AOUE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *