Accueil » Mounafica » Qui a eu cette idée des recours entre candidats?

Qui a eu cette idée des recours entre candidats?

Tout jeunot, Mounafica chantait ce refrain: «Qui a eu cette idée folle d’inventer l’école, c’est ce sacré Charlemagne…» Tirant profit, on peut se demander qui a eu cette idée folle des recours entre candidats de la short list pour la présidentielle. C’est vraiment démentiel.

image 1Et déjà, le démon est dans les rangs. On est dans l’image bien tracée d’une chanson à succès de Bob Marley «Who the cap fits». Dans cette chanson, Bob dit: «Ton meilleur ami peut devenir par les circonstances ton farouche ennemi et ton plus dur ennemi peut aussi se retrouver ton meilleur ami…» Seul dieu sait qui est qui.
Mais ici le recours va permettre de faire tomber les masques. Cela semble méchant mais c’est dans l’ordre normal de la marche politique. Il n’y a pas d’ami, seulement des intérêts.
A peine une dizaine de mois après la chute tant attendue mais inespérée de Blaise Compaoré, voilà que la course pour le remplacer va être celle qui va diviser ceux qui ont lutté ensemble dans l’opposition pour sa chute. Ablassé Ouédraogo, du parti «Le Faso autrement» a donné le ton. Il va formuler un recours pour invalider la candidature de Roch Kaboré, le président du Mpp. Or, rien qu’hier, ils dansaient le ‘’takiborsé’’ ensemble. Ils transpiraient ensemble lors des marches-meetings anti révision de la Constitution par Blaise Compaoré. Peut-être même qu’ils se passaient des mouchoirs pour éponger les grosses gouttes de sueur qui perlaient sur leur visage. Mais que voulez-vous, le fauteuil présidentiel n’est pas un banc où on peut dire ‘’pousse un peu je vais m’asseoir’’. Le dernier pour la liste définitive met les uns et les autres dans une situation de ‘’blood sport’’, tous les coups sont permis; une sorte de combat de boxe où on peut boxer en dessous de la ceinture. Sinon, un recours contre Roch Kaboré par un ancien de l’opposition au motif qu’il a inoculé le très méchant virus de la révision à Blaise Compaoré semble tiré par les cheveux. Si après son décagnotage, Roch était resté coi comme Tertius, là, moi Mounafica j’allais soutenir Ablassé. Mais il a lutté, il a marché, il a représenté l’opposition à des instances face au pouvoir de Blaise. Souvenir pour souvenir, qui a créé la ‘’diplomatie du développement’’, au moment où, à l’international, Blaise Compaoré avait de la peine à convaincre sur sa non implication dans les crises en Afrique de l’Ouest et même au-delà? Il y a déjà ça de gagné avec l’insurrection. Les dirigeants vont voir leur vie fouillée dans les moindres détails, peut-être qu’on ne fera pas comme aux Etats-Unis en allant vider les poubelles pour chercher des causes d’invalidation à cause de la ‘’mère fouettarde du CSC’’, mais plus rien ne sera comme avant.
Désormais, les politiciens doivent se le tenir pour dit: tout acte, toute déclaration faite peut être retenu contre eux. D’ici là, leur vie privée sera publique.
Mounafica, tout œil tout ouïe!

5 commentaires

  1. Nous vivons une expereience democratique tres enrichissante . On le doit à Thomas Sankara et les revolutionna

  2. Je l’ai déjà dit et le répète en ce moment même : quelqu’un d’autre pouvait déposer une plainte du genre que Ablassé veut déposer qu’on aurait compris, pas ce dernier qui après avoir servi proprement sous et Blaise Compaoré a eu le courage de dire qu’être un moaga du centre et musulman était un atout. En quoi ce monsieur voudrait donner des leçons et à qui ? De grâce, qu’on nous laisse tranquille.

    Dieu voit chacun de nous.

  3. «Qui a eu cette idée folle d’inventer UN JOUR l’école, c’est ce sacré Charlemagne…»

  4. Ablassé, ce très puissant ministre des affaires étrangères qui n’avait pas à faire au PM Kadré D.Ouédraogo mais directement au président BC. Mais il oubli vite hien!!

  5. Si c’est sur les propos qu’il faut invalider les candidatures il faut admettre que le même Rock, bien avant l’insurrection, a déclaré qu’il est contre la modification de l’art. 37; alors faut-il tenir compte de la 1ère ou de la dernière déclaration pour statuer?
    Et si les propos et non les faits justifie une invalidation, la candidature de Ablassé devrait être invalidé pour propos à caractère partisan ethnique et religieux. C’est le type d’individu même à ne pas accepter comme intègre dans notre patrie. Les Sankara se retourneraient dans leur tombe, eux qui se sont battus pour supprimer la référence à l’ethnie et à la religion sur nos pièces d’identité. Je crois que Ablassé président, on devrait revenir la-dessus. Il n’est pas du tout intelligent ce monsieur, il a pour objectif final que son ventre à nourrir par la carrière et les diatribes, c’est d’ailleurs pourquoi il a réussi à se faire une place au soleil dans le régime Compaoré, lui qui de son propre aveu a affirmé que sans Blaise il n’aurait rien été, malheureusement il n’a tiré aucune leçon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.