Accueil » Gouvernance - Développement » Réhabilitation et bitumage de la route nationale n°22: bientôt,110km en « BB » pour les usagers de l’axe Ouaga-Kongoussi

Réhabilitation et bitumage de la route nationale n°22: bientôt,110km en « BB » pour les usagers de l’axe Ouaga-Kongoussi

Dans dix mois, les usagers de l’axe Kongoussi et Ouagadougou devraient rouler sur une route revêtue de béton bitumineux (BB).En effet, le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré a,  au nom du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré officiellement procédé, dans la matinée du  mardi 03 mars 2020, à Kongoussi, au lancement des travaux d’entretien périodique de la route nationale numéro 22, Ouagadougou-Kongoussi. Longue de 110 Km, la réhabilitation de cette route (RN22), longtemps réclamée coûtera  au budget de l’Etat et la Banque Ouest Africaine de Développement(BOAD ), un montant de plus de dix  milliards 575 millions de FCFA. Et c’est le groupement d’entreprises SOROUBAT  qui est en charge des travaux.

Une vue des autoritéscoutumières et réligieuses de la région sorties nombreuses pour la circonstance

Améliorer la sécurité routière, le confort des usagers, le cadre de vie des populations riveraines et assurer la liaison entre Kongoussi et Ouagadougou, zone maraichères   de la région  du centre-nord par excellence,  est l’un des principaux  objectifs fixés par le gouvernement burkinabè dans le cadre de l’exécution du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES).Et après Ouahigouya le 29 février dernier où il a été  procédé au lancement des travaux d’entretien périodique de la route nationale numéro 2 (tronçon Gourcy-Ouahigouya) et des travaux d’aménagement de voiries urbaines de Ouahigouya, c’est le tour  de Kongoussi de bénéficier de ce programme présidentiel. Longtemp réclamée par les usagers, la route nationale 22, Ougadougou-Kongoussi longue de 110 kilomètres était dans un piteux état depuis quelque temps, rendant la vie difficile aux usagers et aux véhicules qui l’empruntent. Et pour mettre fin à  ce calvaire, un projet de réhabilitation de cet axe routier a été mise en place par le gouvernement à travers le ministère en charge des Infrastructures.

L’étape actuelle de la route

Et, le top de départ des travaux d’entretien périodique de la RN 22 a été donné ce jour  du 3 mars 2020 par le chef du Gouvernement, Christophe Joseph Marie Dabiré qui a représenté le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Avec une enveloppe financière de plus de 10 milliard 575 millions de francs CFA entièrement financée par la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD ) et le budget de l’Etat ,le calvaire de cette route  serait un oubli dans dix mois .Un projet  qui rentre dans le cadre de la mise en œuvre du PNDES donc du programme présidentiel, selon le patron  du département en charge des Infrastructures, Eric Bougouma, pour soulager les populations et les usagers. Fondant un bon espoir  que ce lancement va permettre d’assurer la liaison entre les deux villes, M. Bougouma  ajoute que  ces travaux « consisteront essentiellement à débroussailler l’entretien de la route existante de 80km,un remblai  en matériaux latéritique pour recharger les accotements, reconstitution des talus et des amorces de 19 460 m3 ». Aussi,  à cela s’ajoute dit-il « une mise en œuvre de BB sur chaussée y compris amorces et accotement de la traversée d’agglomérations de 42613m3 et la réalisations de plusieurs forages positifs équipé et la clôtures de CSPS  et  écoles ». Et son tout de même souhait est  que ses travaux s’achèveront  dans le délai indiqué pour le soulagement des usagers.

La réalisation de la RN22, un «soulagement» pour les usagers

Le ministre des Infrastructures,Eric Bougouma

Une «bonne nouvelle» pour les populations de la région du Centre-Nord ainsi que l’ensemble des usagers de la route, selon le  maire de la commune de Kongoussi, Daouda Zoromé, qui pour lui, cette infrastructure vient désenclaver et fluidifier le trafic dans les provinces de Bam, Namentenga et Sanmatenga. « Aujourd’hui, les populations de la province du Bam, singulièrement celles de Kougoussi et les autres usagers de la RN 22 »  a dit M. Zoromé sont  dans l’allégresse. La raison est toute simple dit ’il « grâce aux efforts du gouvernement, elles pourront de nouveau rouler dans le confort et la sécurité dans une dizaine de mois». Car ,dit-il cet axe routier est dans un état de dégradation avancée, d’où l’impérieuse nécessité de le réhabiliter,« vient à point nous soulager ». Elle «facilitera également l’accès au marché des légumineux de notre province, un des plus importants de la sous-région», a affirmé le maire qui a tenu à saluer et à remercier les autorités du pays pour la faveur faite à sa région.

Même joie qui anime Salif Ouédraogo, le représentant des transporteurs qui sont les principaux bénéficiaires de l’infrastructure routière, qui a aussi  remercié le gouvernement pour ses efforts dans le domaine. Ils ont néanmoins souhaité que les travaux de bitumage de l’axe Kongoussi-Djibo, actuellement arrêtés pour cause d’insécurité dans la zone, reprennent le plutôt possible. Un souhait aussi du gouvernement selon le patron du département en charge des Infrastructures, Eric Bougouma qui ,pour lui espère vivement le retour de la sécurité pour la poursuite et l’achèvement des travaux sur cette route capitale pour désenclaver cette partie nord de notre pays.

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré

Le Premier ministre quant à lui, a salué la mobilisation des fils et des filles de cette région, à la faveur du lancement des travaux de la RN 22. Le représentant du président du Faso, Christophe Joseph Marie Dabiré a tenu à rappeler que le Chef de l’Etat accorde une place de choix au désenclavement du pays. En témoignent dit-il, les nombreuses réalisations d’infrastructures routières depuis 2015. Le Chef du Gouvernement a aussi félicité les populations de cette zone, qui, malgré l’adversité, refusent de céder au désespoir.

Il les a encouragées à toujours soutenir le Gouvernement dans sa dynamique de mise en œuvre du programme présidentiel, pour le bonheur de l’ensemble des Burkinabè.

Omar Idogo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *