Accueil » Gouvernance - Développement » Renforcement du réseau d’assainissement des eaux pluviales de la ville : le ministre Savadogo sur le chantier du projet d’aménagement de l’exutoire à l’intérieur et en aval du parc urbain bangr Weogo

Renforcement du réseau d’assainissement des eaux pluviales de la ville : le ministre Savadogo sur le chantier du projet d’aménagement de l’exutoire à l’intérieur et en aval du parc urbain bangr Weogo

Afin de s’imprégner de la bonne exécution du projet d’aménagement de l’exutoire à l’intérieur et en aval du parc urbain bangr Weogo, le ministre de l’Urbanisme, des Affaires foncières et de l’Habitat Boukary Savadogo s’est rendu sur le chantier abritant ledit projet, ce jeudi 14 juillet 2022. Après constat de ce qu’il a vu, il a déclaré être satisfait de l’avancée des travaux, quand bien même beaucoup reste à faire.

C’est avec ses collaborateurs que le ministre de l’Urbanisme, des Affaires foncières et de l’Habitat Boukary Savadogo s’est rendu sur le chantier abritant la phase 3 du projet de renforcement du réseau d’assainissement des eaux pluviales de la ville de Ouagadougou, pour s’imprégner de l’exécution des travaux. Cette visite lui a permis d’examiner le niveau d’exécution des travaux, d’examiner les contraintes liées à sa bonne exécution. Pour ses premiers mots après le constat qu’il a fait, Boukary Savadogo a déclaré être satisfait de l’avancée des travaux. Jouant à la carte de la prudence, quand bien même il dit être satisfait, il reconnait également que beaucoup reste à faire. Il a alors encouragé tous les acteurs qui sont impliqués dans le projet, à poursuivre les travaux, car « c’est un projet très important pour l’Etat burkinabè au regard de son importance dans l’évacuation des eaux pluviales » a-t-il souligné.

Si le ministre est satisfait, c’est parce qu’une grande partie des travaux, est pratiquement à terme, avec les bétons coulés, les déversoirs qui ont été construits de même que le pont de Nayélé, construit sur le canal, et qui facilite la mobilité des populations. Si on s’en tient à ses dires, c’est un projet qu’il faut exécuter avec beaucoup d’attention, pour permettre à la ville de Ouagadougou, de répondre aux normes en terme d’assainissement. Pour ce canal de 80 m de largeur qui doit rejoindre à terme le fleuve Massili selon le patron du département en charge de l’urbanisme, sa construction pourra soulager la population de Ouagadougou.

L’aménagement de l’exutoire à l’intérieur et en aval du parc urbain Bangr weogo a été confié à l’entreprise COGEB international SA. Comme caractéristique des ouvrages de drainages, on retient que le Canal Kadiogo (partie revêtue en béton armé d’épaisseur 10 cm) entre le dalot An Nayélé et sa confluence avec le marigot de Goudrin, a une largeur au fond de 80 m, une largeur en gueule de 90 m, une hauteur de 2 m et une emprise de 100 m. Pour ce qui est du Marigot Nioko 2  (section revêtue en béton armé d’épaisseur 10 cm) la largeur fond canal est de 25 m, la largeur en gueule est de 31 m, la hauteur est de 2 m et l’emprise est de 50 m. Ces caractéristiques de l’ouvrage ont été données par Rahim Abdoulaye, directeur technique du bureau CAEM- Sarl, et l’adjoint du chef de mission dudit projet. Il est revenu sur certaines difficultés rencontrées dans l’exécution des travaux. Il s’agit entre autres, de blocage récurrent des travaux par les riverains qui prétendent n’avoir pas été dédommagés au cours des travaux des phases antérieures ; le rejet continu des eaux usées de l’ONEA dans le Marigot Nioko 2 ; etc.

Thierry KABORE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.