Accueil » Education-Enseignement-Recherche » Rentrée 2021-2022: un conseiller municipal offre 150 kits scolaires

Rentrée 2021-2022: un conseiller municipal offre 150 kits scolaires

Ce dimanche 19 septembre 2021, s’est tenue, la première édition de don de kits scolaires à l’arrondissement 11 de la ville de Ouagadougou précisément au quartier Karpala. Initié par El Adj Harouna Kibsa OUEDRAOGO, conseiller municipal dudit arrondissement, cette édition avait pour thème « Une rentrée scolaire paisible et apaisée ». Des kits scolaires composés, entre autres, de 150 sacs, 4 cartons de cahiers de 100 pages et de 10 cartons de bic  bleus et verts au profits des enfants  de l’arrondissement 11 de la ville de Ouagadougou , pour une bonne rentrée scolaire 2021-2022.cette initiative, vient  d’un conseiller municipal dudit arrondissement ,El Adj Harouna Kibsa OUEDRAOGO pour soulager 150 parents d’élèves en cette rentrée scolaire. Un geste très noble et modeste pour lui , à l’endroit des familles vulnérables .« C’est une petite contribution pour montrer la voie à certaines personnes qui ont l’esprit du don, mais un esprit qui dort. Peut-être que d’autres vont donner plus que moi » a laissé entendre le bienfaiteur de l’arrondissement, El adj Ouédraogo. Pour cette première édition, le donateur a choisi le thème : « Une rentrée scolaire paisible et apaisée »pour but d’alléger le fardeau financier des parents et également encourager les élèves a plus d’abnégation.

Présent a cette célébration, Jean Emmanuel TAGNAMBOU, chargé de mission du ministre en charge de l’Education n’a pas manqué d’apprécier le don : « Lorsqu’il s’agit d’effort volontaire comme notre frère vient de le faire ce soir, cela devrait être un sentiment de joie. Vous savez beaucoup de gens parlent de la gratuité de l’éducation mais il n’y a pas de gratuité si chacun de nous ne comprend pas que c’est main dans la main que nous allons bâtir notre maison commune qui est le Burkina Faso. Ceux qui en ont devraient pouvoir partager avec ceux qui n’en ont pas du tout et ceux qui en ont à l’excès devraient davantage soutenir pour qu’à l’arrivée tous les burkinabè puisse naître égaux en droit et en dignité comme l’esprit démocratique le souhaite ».

Pour le représentant du ministre en charge de l’éducation, l’éducation est un processus multidimensionnel très complexe car, au moment où certains cherchent à récupérer des orphelins, il y en a aussi qui cherchent à en tuer. L’éducation est un fleuve impétueux où la contradiction est quelque fois très violente. Il a aussi évoqué la question du lycée Phillipe Zinda KABORE qui fait encore couler beaucoup d’encre : « Les racines de l’éducation sont amères mais ses fruits sont agréables”. Aujourd’hui, même ceux qui pensent que la question du Zinda n’est pas bien traitée le pensent parce que ce n’est pas eux qui la traitent pour la voir de cette façon. S’ils devaient se prononcer par rapport à cette question, connaissant toutes les réalités que l’Etat rencontre, comment réagiraient-ils ? ». Il a aussi expliqué qu’il ne peut y avoir de rentrée sécurisée et apaisée si « nous ne nous écoutons pas ». Mais pour conclure, M. Tagnambou a souhaité  que c’est dans le dialogue, la mise en commun et l’acceptation des différences que nous pouvons construire quelque chose de durable».

Par ailleurs représentants du monde éducatifs comme parents d’élèves présents à cette cérémonie ont tous souhaité qu’il ait une deuxième édition pour encore donner du sourire aux autres enfants en situation défavorable au Burkina Faso qui y attendre avec impatiences pour réaliser leur rêve.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *