Accueil » L’impertinent » Sale harmat… temps pour anciens présidents !

Sale harmat… temps pour anciens présidents !

Feu Mamadou Tandja (photo Reuters)

Les dernières pluies sont parties avec leurs larmes et ce sont les prémices de l’harmattan qui soufflent sur le Faso et sur une bonne partie de la sous-région ; en attendant les grandes bourrasques de poussière et de sable. Mais déjà, on sent la fin de l’année avec son cortège de deuils. C’est vrai qu’il ne se passe pas de jour sans qu’une personne ne meurt mais on a l’impression que quand une année tire vers sa fin, elle veut faire un peu plus que sa devancière, en terme de macchabées. C’est dans ce contexte que l’on a enregistré les décès, coup sur coup, de certains anciens présidents africains.

Le bal a été ouvert en milieu d’année avec le futur ancien président burundais et benjamin parmi tous, Pierre Nkurunziza. Il s’en est allé le 8 juin.

Pas très loin du Burundi, Pascal Lissouba a tiré sa révérence le 24 août ; même si c’était au Sud de la France, à Perpignan.

Le 15 septembre, c’était au tour de Moussa Bazin  (Touré) du Mali de taire définitivement le froufrou de ses habits et de s’enrouler dans un linceul.

Le temps qu’on organise le doua de son 40 è jour qu’il fit appel à son tombeur et successeur, ATT. Le 10 novembre en effet, le général Amadou Toumani Touré (ATT) a passé l’arme à gauche.

Comme il est dit que jamais 2 sans 3, deux jour après lui, il a été suivi par son cadet dans les armes, le capitaine John Jerry Rawlings du Ghana, le 12 novembre dernier.

La série s’est poursuivie avec la mort de Sidi Ould Cheikh Abdallahi de la Mauritanie dans la nuit du 22 au 23 novembre. Et pour enfoncer le caractère particulièrement meurtrier de ce mois, Mamadou Tanja du Niger a définitivement rangé ses projets le 24 novembre.

La série s’arrêtera-t-elle? Prions qu’il en soit ainsi.

L’Impertinent

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *