Accueil » Logtoré » Santé: 15% de la population générale souffre de la colopathie fonctionnelle

Santé: 15% de la population générale souffre de la colopathie fonctionnelle

La colopathie fonctionnelle encore appelée troubles fonctionnels intestinaux ou syndrome de l’intestin irritable est une affection fréquente qui se définit par la coexistence de douleurs abdominales chroniques. C’est une maladie assez fréquente qui concerne environ 15% de la population générale. Comment elle se manifeste ? Comment la traiter ? Le docteur Lydie Sia Ouattara, hépato-gastrologue en service au CMA Paul 6 et à Schiphra apporte des éléments de réponse.

Dr Lydie Sia Ouattara

Les Echos du Fso (LEF) : Comment évolue la colopathie fonctionnelle ?

Dr Lydie Sia Ouattara (Dr LSO) : C’est une affection qui évolue par poussée. Il y a des poussées douloureuses qui ne sont pas si graves mais qui altèrent la qualité de vie des patients. Il peut y avoir un retentissement économique important parce que les patients vont s’absenter très fréquemment du boulot et vont devoir dépenser beaucoup pour les consultations, les examens complémentaires et les médicaments à acheter. C’est aussi une maladie qui ne se complique jamais et qui n’aboutit jamais au décès, mais qui constitue quand même un problème majeur de santé public, car un tiers des patients vont consulter un médecin. Il faut noter une prédominance féminine, deux femmes pour un homme selon les études.

LEF : Quels sont les facteurs de risque ?

Dr LSO : La colopathie est une affection multifactorielle. Les troubles de la motricité du tube digestif constituent le premier facteur. Ensuite on a les troubles de la sensibilité. Les patients colopathes sont hyper sensibles à la motricité viscérale. Ils ont un seuil de perception des mouvements du tube digestif qui est plus bas que la normale. Il y a également un phénomène d’inflammation dû à la flore bactérienne. A l’état normal nous avons des microbes qui ne sont pas dangereux dans le tube digestif. Ce sont des microbes qui aident à la digestion parce qu’ils vont fermenter certains aliments. Mais ces microbes peuvent  être facteurs de colopathie parce qu’ils vont entrainer la production énorme de gaz dans le tube digestif et occasionner une gêne abdominale. Le dernier facteur, ce sont des troubles psychologiques. Un état d’anxiété, un état dépressif.  Même s’ils ne vont pas créer la colopathie, ils vont quand même entretenir les symptômes.

LEF : Quels sont ces symptômes ?

Dr LSO : Le symptôme majeur c’est la douleur abdominale. C’est une douleur chronique, qui évolue plus de trois mois, parfois des années. Elle siège sur le côté de l’abdomen, les deux côtés et au niveau du bas de l’abdomen. C’est une douleur qui est souvent matinale et absente la nuit. Dans notre jargon on parle de réveil matin, car c’est la douleur qui réveille le patient le matin. Elle évolue par crise, c’est-à-dire qu’elle s’estompe et à un certain moment avant de se réveiller. Elle est soulagée par l’émission de gaz ou de selles. C’est une douleur qui est augmentée par le stress et l’anxiété et est calmée par le repos. Les patients colopathes généralement pendant les vacances n’ont pas de symptômes. Mais quand ils reviennent et recommencent à travailler, avec le stress les symptômes réapparaissent. En plus de la douleur, il y a les ballonnements qui sont assez fréquents. Tous ne souffrent pas de ballonnement, mais la plupart vont présenter ce symptôme. Il y a également les troubles de transit. Certains patients seront constipés et d’autres vont souffrir de diarrhée. Quelques-uns auront une alternance des deux. Enfin il y a des symptômes extra digestifs comme les céphalées, les douleurs thoraciques, des symptômes qui ne sont pas typiques mais qui peuvent exister, une sensation de satiété précoce.

Nous reviendrons prochainement sur le diagnostic et le traitement de la colopathie fonctionnelle.

Madina Belemviré

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *