Accueil » Société » Sécurité alimentaire: plus de 29 milliards de francs CFA d’investissement pour 2015

Sécurité alimentaire: plus de 29 milliards de francs CFA d’investissement pour 2015

Le contenu du document est intéressant. Il s’agit d’un imprimé du ministère des Finances concernant les dépenses de l’Etat en 2015. Il est riche en informations et l’attention est vite captée par le passage sur les sommes à investir dans le domaine agricole.

Image d'illustration
Image d’illustration

Les inscriptions budgétaires au profit du secteur de la sécurité alimentaire se chiffrent à 29 299 023 000 FCFA. En réalité, ce n’est qu’une reconduite. Chaque année, c’est le montant consacré à ce secteur. Cependant, au constat, le Burkina Faso vit chaque année dans une insécurité alimentaire qui ne dit pas son nom. Alors, où se situe le problème? Les différentes allocations budgétaires arrivent-elles à destination?
Les 29 299 023 000 FCFA de dépenses prévues pour 2015 sont reparties comme suit: 15,500 milliards de FCFA pour le Programme d’appui à la sécurité alimentaire notamment 15 milliards de FCFA pour le stock de sécurité alimentaire et d’intervention et 500 millions pour la sécurisation foncière en milieu rural. En fin 2014, il aurait été bien de savoir si l’argent a vraiment servi à cela.
Il y a également 7,132 milliards de FCFA prévus pour le Programme de soutien au monde rural dont 3 milliards de FCFA au profit du projet spécial de l’Opération 100 000 charrues, 3,885 milliards de FCFA pour l’opération spéciale semences agricoles, 578 millions FCFA pour la dynamisation des centres de promotion rurale et 160 millions FCFA pour la dynamisation des organisations paysannes.
Plus loin dans le document, il est indiqué que la somme d’1,570 milliard de FCFA est prévue au titre de l’entrepreneuriat agricole, 1 milliard de FCFA au profit du Programme de développement de la petite irrigation villageoise, 500 millions de FCFA pour les statistiques agricoles et le système d’alerte précoce et 3,597 milliards de FCFA reviennent à la promotion de cultures.
Si toutes ces prévisions sont réalisées dans la transparence, on est en droit d’attendre moins de problèmes alimentaires.
A T

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *