Accueil » Société » Vie chère : le SYNACTIV-BF interpelle le gouvernement

Vie chère : le SYNACTIV-BF interpelle le gouvernement

Le Syndicat National des Commerçants et Transporteurs contre l’Implantation de la Vie-chère au Burkina Faso, a organisé une conférence de presse ce jeudi 16 septembre 2021 à Ouagadougou pour donner les raisons de la flambée des denrées alimentaires et interpeller le gouvernement.Depuis un certain temps, la population burkinabé fait face à une augmentation exponentielle  des produits de premières nécessités. Cette situation qui impacte le pouvoir d’achat des burkinabè est imputable aux autorités «qui campent sur leur position à implanter la firme Afrique pesage avec  son lot de mesures drastiques  sur le prix de la charge des marchandises » a laissé entendre Lassané Dipama, secrétaire général du Syndicat National des Commerçants et Transporteurs contre l’Implantation de la Vie- chère au Burkina Faso (SYNACTIV-BF).Selon Lassané Dipama, le principal instigateur de cette flambée des prix est le ministre des transports qui a travers « des faits  constatés par les transporteurs au poste de pesage de Tanghin Dassouri a avalisé sur ordre du DG de l’ONASER a la firme Afrique pesage a procédé dorénavant a un pesage a Tandem  a la firme Afrique pesage ». A en croire toujours les responsables du SNACTIV-BF, cette flambée des prix tire également son origine de la nouvelle donne dans le transport des marchandises imposées par l’Europe  qui s’est débarrassé de ces anciens centenaires de 40 pieds pour servir à l’Afrique des conteneurs de 45 pieds dans le seul but d’augmenter leur profits. Face à cette situation de plus en plus insoutenables et qui pèse sur le commerce et l’économie du Burkina Faso et singulièrement sur les populations, les conférenciers tirent la sonnette d’alarme. « Les transporteurs routiers du Faso ne serons nullement quant à la  remise en cause du citoyen lambda Burkinabè ».

Ainsi donc, les responsables du mouvement exigent du CCVA une homologation des cartes grises au même titres que celles des camions des autres pays de la zones UEMOA et une bascule uniforme de la chambre du commerce burkinabè et celle de la firme étrangères Afrique pesage. En un mot nous disons NON à l’implantation d’une vie chère au Burkina Faso sur le dos des commerçants et des transporteurs ont lancé les responsables.

Rabiatou Ouédraogo (stagiaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *