Accueil » Coopération-Diplomatie » Zones d’insécurité et déplacés internes au Burkina Faso : la France apporte une aide de plus de 8 milliards de F CFA

Zones d’insécurité et déplacés internes au Burkina Faso : la France apporte une aide de plus de 8 milliards de F CFA

En visite terrain et d’échanges avec les autorités burkinabè, la mission du Centre de crise et de soutien(CDCS), un service du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères, conduite par son Directeur, Eric Chevalier a animé ce jeudi 15 avril 2021 à la résidence de l’Ambassadeur de France à Ouagadougou un point de presse. Objectif :  rendre compte de son séjour ainsi que toute sa délégation  au pays des hommes intègres qui est, d’apporter un financement  aux  projets, notamment sur l’axe Ouagadougou-Kaya-Dori, mais aussi d’envisager des actions plus ambitieuses et dans d’autres régions du pays.

Le directeur  de la mission du Centre de crise et de soutien (CDCS), Eric Chevalier, accompagné de l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Luc Hallade s’est entretenu  pendant une heure d’horloge ce jeudi 15 avril 2021 avec les hommes et femmes de médias sur sa visite au pays. Il s’est agi pour lui d’expliquer au journaliste de leur visite terrain dans la région du centre nord. Celui-ci a consisté pour les responsables du CDCS, d’aller constater de visu, ce que cette structure a financé comme projets au Burkina Faso, notamment sur l’axe Ouagadougou-Kaya-Dori, mais aussi d’envisager des actions plus ambitieuses, toujours sur cet axe et dans d’autres régions.«Nous sommes venus au Burkina Faso, à la demande de la Présidence de la République française et du ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, dans les suites du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement, tenu le 15 février dernier à N’Djamena, au Tchad », a expliqué le directeur du CDCS, Eric Chevalier.

De son avis, la structure qu’il dirige, a une priorité connue pour le Burkina Faso : les zones rurales et périurbaines situées autour de l’axe Ouagadougou-Kaya-Dori. « C’est une priorité, mais cela ne veut pas dire que c’est la seule zone d’action du soutien que la France peut apporter au Burkina Faso », a précisé M. Chevalier.

Il a indiqué que son Centre envisage d’abord, au regard des priorités définies par les ministres burkinabè, d’apporter un soutien très significatif avec « impact rapide », de 13 millions d’euros dont un million d’euros, pour soutenir les efforts de sécurité sur cet axe. Ensuite, il faut, selon Eric Chevalier, renforcer les capacités de coordination de l’Etat. Pour cela, le CDCS veut apporter un soutien au CONASUR (Conseil national de Secours d’Urgence et de Réhabilitation), sous l’égide de la ministre en charge des Affaires humanitaires.« Nous allons soutenir des projets, en matière de sécurité alimentaire, notamment en liaison avec le Programme alimentaire mondial (PAM) et les ONG, et en matière d’accès à l’eau, avec de nouveaux puits, de nouveaux forages, de nouveaux châteaux d’eau », a-t-il détaillé.

Le CDCS veut par ailleurs, contribuer au relogement des personnes déplacées, à travers la réalisation d’abris « solides », et soutenir des programmes dans le domaine de la santé, notamment à l’hôpital régional de Kaya. Et enfin, de l’avis du chef de la délégation en visite au pays des hommes intègres, sa structure vise comme perspective, de soutenir aussi bien les populations hôtes, que les populations déplacées.

Idomar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *